En ce moment
 
 

Ski alpin: l'intouchable Shiffrin remet son titre en jeu à Sölden

De son talent et de sa classe, elle a broyé la concurrence la saison dernière. L'Américaine Mikaela Shiffrin débute samedi sur le géant de Sölden (Autriche) sa chasse à un 4e gros globe et aux records les plus fous du ski alpin.

Avec 2.204 points, un gouffre d'avance sur sa dauphine slovaque Petra Vlhova (1.355 points) et quatre globes (général, slalom, géant, super-G) Mikaela Shiffrin reste sur une saison exceptionnelle à 17 victoires (le précédent record de 14 victoires appartenait à la Suissesse Vreni Schneider depuis 1989), butant seulement sur le total de points de la Slovène Tina Maze en 2013 (2.414 points).

Cette saison encore, aucune skieuse ne semble en mesure de contester sa suprématie et d'enrayer sa marche en avant vers l'emblématique record de 86 victoires en Coupe du monde du Suédois Ingemar Stenmark. A 24 ans, Shiffrin compte déjà 60 succès.

Les records? "Si ça arrive, tant mieux. C'est toujours incroyable, c'est toujours un honneur, mais ce n'est pas mon ambition, tempère la triple tenante du gros globe dans une interview à L'Equipe. Je puise vraiment ma motivation dans le fait d'aller tous les jours à l'entraînement, de me sentir progresser sur mes skis de jour en jour, d'être plus forte. Je fais des réglages, je m'applique sur les moindres détails pour repousser les limites de mon sport. Alors bien sûr, parfois, je me sens motivée par les records à battre, mais ce n'est pas pour ça que je fais tous ces efforts. Si je n'en bats pas, franchement ce n'est pas grave."

- "Une saison d'expérimentation" -

Et pourtant, Shiffrin pourrait être d'autant plus impressionnante lors de cette saison sans objectif majeur (ni Mondiaux, ni Jeux olympiques). L'an passé, elle avait fait plusieurs impasse sur des combinés ou des épreuves de vitesse afin d'arriver en forme aux Mondiaux d'Are (Suède) où elle avait décroché deux titres (super-G, slalom) et un bronze (géant), portant son total à sept médailles mondiales dont cinq en or.

"C'est l'occasion de repousser mes limites d'une manière différente. Je n'ai pas à me préoccuper de mon pic de forme pour des Mondiaux ou des Jeux, je ne dois me concentrer que sur la Coupe du monde et le temps que je passe habituellement sur les Championnats du monde, je peux peut-être l'utiliser pour ajouter une ou plusieurs courses de vitesse. Donc je dirais que c'est un peu une saison d'expérimentation", assure-t-elle.

Alors qu'elle fait déjà partie du club très fermé des skieurs et skieuses à avoir gagné dans toutes les disciplines (descente, super-G, géant, slalom, combiné), on devrait la voir plus souvent menaçant les spécialistes de la vitesse en descente, après avoir déjà remporté le globe de super-G l'hiver dernier.

- Les Françaises en sous-nombre -

Loin de la domination de l'Américaine, les Françaises débutent l'hiver sur la pointe des pieds. Comme depuis plusieurs saison, les espoirs de victoires reposeront sur les épaules de la double championne du monde de géant Tessa Worley qui reste sur un hiver mitigé (quatre podiums dont une victoire à Sölden en ouverture, seulement 6e aux Mondiaux) marqué par un genou droit qui a nécessité une opération en avril.

Avec les retraites d'Adeline Mugnier (27 ans) et de Taïna Barioz (31 ans), deux taulières de l'équipe capables de rentrer dans le top-15 mais épuisées par des blessures à répétition, le groupe d'élite féminin apparaît très restreint: elles ne sont plus que cinq en tout (Tessa Worley, Clara Direz, Coralie Frasse-Sombet, Tiffany Gauthier et Romane Miradoli) depuis la blessure de la slalomeuse Nastasia Noens.

"On sait qu'il y a un trou générationnel, admet le directeur de l'équipe de France dames Alberto Senigagliesi. Il y a des cycles dans toutes les nations, des hauts et des bas, chez les garçons, chez les filles. Mais je ne crois pas que le réservoir soit moins grand qu'avant", assure-t-il en mettant en avant un groupe de jeunes skieuses (entre 17 et 20 ans) important mais pas encore arrivé à maturité.

Programme du géant dames (heures françaises):

Samedi 26 octobre: 1re manche à 10h00, 2e manche à 13h00

Vos commentaires