Somalie: au moins 9 morts dans un attentat sur un marché de Mogadiscio

Somalie: au moins 9 morts dans un attentat sur un marché de Mogadiscio
Les services de secours somaliens évacuent des victimes de l'explosion d'une voiture piégée sur le marché d'Hamarwayne, à Mogadiscio le 4 février 2019ABDIRAZAK HUSSEIN FARAH

Au moins neuf personnes ont été tuées lundi dans l'explosion d'une voiture piégée sur un marché très fréquenté du sud de la capitale somalienne Mogadiscio, régulièrement ciblée par les islamistes radicaux shebab, a-t-on appris de source policière et auprès de témoins.

"L'explosion a eu lieu près du centre commercial Mogadiscio et elle a causé morts et destruction. Neuf civils ont été confirmés morts et plusieurs autres sont blessés. Certaines de ces victimes ont été tuées dans l'effondrement d'un bâtiment causé par l'explosion", a indiqué un responsable de la police, Ahmed Moalin Ali.

"Les terroristes ont garé un véhicule bourré d'explosifs à proximité du centre commercial pour tuer des innocents", a-t-il ajouté.

Le marché visé, Hamarweyne, est situé à proximité des bâtiments de la municipalité de Mogadiscio, selon une autre source policière.

L'attentat n'a pas été immédiatement revendiqué, mais les islamistes radicaux shebab, affiliés à Al-Qaïda, ont l'habitude de mener de telles opérations dans la capitale somalienne.

"J'ai vu les corps de quatre personnes recouverts des débris du bâtiment effondré et trois autres étendus dehors après avoir été soufflés par l'explosion", a raconté un témoin, Munira Abdukadir.

"Je n'étais pas loin du lieu de l'explosion. Mais j'ai eu de la chance de survivre, plusieurs personnes ont été blessées et certaines criaient avant l'arrivée des ambulances", a-t-il déclaré.

Chassés de Mogadiscio en 2011, les shebab ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides y compris dans la capitale, contre des objectifs gouvernementaux, sécuritaires ou civils.

Ils ont juré la perte du gouvernement somalien, soutenu par la communauté internationale et par les 20.000 hommes de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom).

Vos commentaires