En ce moment
 
 

Son designer vedette parti, Apple va-t-il perdre son âme?

Que va devenir Apple sans Jony Ive, l'homme qui lui a donné l'iMac, l'iPod et l'iPhone ? Le départ surprise du designer historique suscite de nouvelles interrogations autour de la marque à la pomme, qui a déjà largement amorcé son virage vers les services.

"Avec le départ de l'un des visionnaires clés de la marque Apple, la question principale est désormais de savoir ce qu'il va advenir de l'innovation autour des produits", remarque Daniel Ives de Wedbush Securities, qui juge Jony Ive "irremplaçable".

"Cette nouvelle ne fait que renforcer l'agitation autour de l'avenir d'Apple au moment où l'entreprise met l'accent sur la télévision et les jeux vidéos", ajoute-t-il alors que depuis des années, analystes et investisseurs attendent en vain LE produit innovant qui saura maintenir le rang d'innovateur-en-chef du colosse américain.

Avec des ventes d'iPhone en repli ces derniers mois, la marque à la pomme n'a plus le choix et mise de plus en plus sur les services, comme ses abonnements à la musique ou la vidéo en ligne, un choix qui l'éloigne quelque peu de ce qui a fait son succès: des appareils au design épuré et attrayant que des millions de gens sont prêts à s'arracher à prix d'or.

- Emergence de nouvelles idées -

Mais pour d'autres analystes, le groupe est suffisamment armé pour que le départ de Jony Ive ne fasse pas gravement tanguer la firme. D'autant que Jonathan Ive continuera à travailler pour Apple via le cabinet de design qu'il compte lancer.

Apple pourrait même en profiter pour faire émerger de nouvelles idées.

Certes, le designer star a largement participé au succès des produits de la société californienne, reconnaît Avi Greengart du cabinet Techsponential.

Mais il avait déjà commencé à s'occuper d'autre chose, comme des magasins de la marque, les fameux Apple Store, ou du nouveau siège du groupe à Cupertino -- laissant à l'équipe de designers d'Apple le soin de peaufiner la forme des produits.

"Ca faisait déjà un moment qu'il avait à moitié quitté ses fonctions", dit l'expert à l'AFP. "L'équipe en charge du design chez Apple est restée cohérente et l'esthétique des produits d'Apple ne va pas soudainement se dégrader."

Comme cela a toujours été le cas, avec ou sans Jony Ive, le design restera une des priorités d'Apple, affirme le spécialiste. Surtout maintenant que le groupe mise encore davantage sur les "wearables", les accessoires à porter, comme les montres connectées ou les écouteurs sans fil.

"Apple a déjà une grosse avance dans les montres, et investit massivement dans la réalité augmentée pour les appareils mobiles", remarque M. Greengart. Les lunettes connectées par exemple restent un défi énorme.

Apple "ne peut tout simplement pas se permettre" de ne pas investir dans le design, estime le spécialiste. Peut-être même que ce départ "va revigorer certains éléments de l'esthétique d'Apple", avance-t-il.

- Nouvelle hiérarchie -

Après son arrivée chez Apple en 1992, le Britannique avait travaillé en étroite collaboration avec son co-fondateur, Steve Jobs, dans la conception des iPod, iPhone, iPad et du MacBook (ordinateur portable) mais aussi du système d'exploitation mobile iOS.

L'équipe en charge du design, dirigée par Evans Hankey et Alan Dye, sera désormais sous la responsabilité, et les ordres, du directeur des opérations Jeff Williams.

Cette nouvelle structure suscite des interrogations, selon John Gruber, un ingénieur informaticien auteur du blog spécialisé Daring Fireball.

"Apple ne va pas être en difficultés en raison du départ de Jony Ive. Mais Apple pourrait être en difficultés car il n'est pas remplacé au même poste", estime-t-il.

Gene Munster et Andrew Murphy, de la société d'investissement Loup Ventures, se disent aussi "perplexes" face à la nouvelle structure de l'équipe. Mais elle devrait rester selon eux temporaire.

"L'expertise d'Apple en termes de design est inégalée et le groupe ayant toujours fait du design une priorité, un nouveau leader émergera le temps venu", affirment-t-ils dans une note. Et ceci "grâce à Jony Ive".

Vos commentaires