En ce moment
 
 

Son instructeur fait un malaise dans l'avion: "Avez-vous déjà posé un avion? NON, JAMAIS!"

Son instructeur fait un malaise dans l'avion:
(c)MOHOPHOTOGRAPHY

Un élève-pilote australien a réussi, lors de son tout premier vol, à poser avec succès un petit Cessna après que son instructeur eut fait un malaise, selon un enregistrement audio d'une conversation avec le sol publié lundi par la presse locale.

Cet élève-pilote, Max Sylvester, a appelé le contrôle aérien une heure environ après le début de sa toute première leçon de pilotage samedi près de Perth (ouest de l'Australie) à bord d'un Cessna au départ de l'aéroport de Jandakot. "Il s'affaisse sur mon épaule. J'essaye de le maintenir droit mais il ne cesse de tomber", a-t-il expliqué aux contrôleurs aériens. Le trentenaire parlait de son instructeur qui venait de faire un malaise et avait perdu conscience. "Savez-vous comment faire fonctionner l'avion?", a alors demandé l'opérateur. "C'est ma première leçon", a répondu Max Sylvester.

Le contrôleur a d'abord guidé le pilote en herbe, puis il lui a expliqué comment réduire sa vitesse. "Vous faites du bon boulot. Je sais que c'est vraiment stressant. Mais vous allez faire du super boulot et on va vous aider à vous ramener au sol, OK? ", a ajouté le contrôleur. Ce dernier a ensuite demandé à Max Sylvester s'il avait déjà posé un appareil. "Non, jamais", a-t-il avoué selon la chaîne publique ABC, qui explique que l'épouse de l'élève-pilote et leurs trois enfants suivaient le vol depuis le sol. Le contrôleur a continué à encourager le jeune homme, à le guider et lui expliquer ce qu'il devait faire. Tout en faisant en sorte qu'il reste calme. Au bout d'une heure et avec plusieurs tentatives avortées, Max Sylvester a fini par réussir à poser le Cessna sans encombre. L'instructeur, un Néo-Zélandais répondant au nom de Robert Mollard, a été pris en charge et hospitalisé. Il était lundi dans un état décrit comme stable. Le propriétaire de l'école de pilotage, Chuck McElwee a expliqué qu'il n'avait jamais rien connu de tel en 28 ans de métier. "Ça aurait pu très, très mal tourner", a-t-il souligné.

Vos commentaires