Sud-Soudan: plus de 3 enfants sur 4 nés depuis l'indépendance n'ont connu que la guerre

(Belga) Sur les 3,4 millions de bébés nés depuis l'indépendance du Soudan du Sud en 2011, 2,6 millions ont toujours vécu dans un pays en guerre, dénonce l'Unicef dimanche, à la veille du septième anniversaire de la plus jeune nation au monde. L'enrôlement des enfants au sein de groupes armés, la déscolarisation et la faim gangrènent le pays depuis ses plus jeunes années.

Peu après son indépendance, le Soudan du Sud a sombré dans une guerre civile lorsque son président Salva Kiir, de l'ethnie Dinka, a accusé fin décembre 2013 son vice-président Riek Machar, un Nuer, de fomenter un coup d'État. De 500 lorsque le conflit a éclaté, le nombre d'enfants-soldats utilisés comme combattants, cuisiniers, transporteurs, messagers ou esclaves sexuels a grimpé à environ 19.000 actuellement, selon les estimations du Fonds des Nations unies pour l'enfance. Celles-ci prennent en compte les 800 mineurs relâchés depuis le début de l'année. Le Soudan du Sud présente par ailleurs le taux le plus élevé d'enfants non-scolarisés. Quelque deux millions d'enfants (70% des jeunes en âge d'être scolarisés) n'usent pas les bancs de l'école. Un établissement scolaire sur trois est en effet détruit, occupé ou fermé depuis 2013. Plus d'un million d'enfants souffrent également de malnutrition, dont 300.000 à un degré sévère, pointe encore l'organisation internationale, alors que la famine menace dans certaines zones du pays. Enfin, plus de 2,5 millions de Soudanais du Sud, dont un million d'enfants, ont fui leur patrie depuis le début des violences pour se réfugier dans des pays voisins. "Les factions rivales peuvent et doivent faire plus pour ramener la paix", insiste la directrice générale de l'Unicef, Henrietta H. Fore. "La signature à Khartoum d'un cessez-le-feu permanent entre les deux parties en guerre le mois dernier constitue un pas en avant dans un processus de paix instable. Nous comptons à présent sur chacun pour qu'il soit respecté. Les enfants du Soudan du Sud ne peuvent tout simplement pas endurer plus de souffrances." (Belga)

Vos commentaires