En ce moment
 

Super Bowl: petite victoire des Rams grâce à leurs "pom-pom boys"

Super Bowl: petite victoire des Rams grâce à leurs
Le "cheerleader" des Los Angeles Rams Quinton Peron (centre) lors du Super Bowl à Atlanta le 3 février 2019TIMOTHY A. CLARY
sport, danse

Les Los Angeles Rams ont perdu le Super Bowl (13-3) face aux New England Patriots dimanche, mais l'équipe californienne de football américain a frappé les esprits et gagné en popularité grâce à deux "pom-pom boys", une première dans l'histoire du sport-roi aux Etats-Unis.

Jared Goff, le jeune quarterback des Rams, n'a pas existé face au légendaire Tom Brady, devenu le joueur le plus titré de l'histoire après ce sixième sacre.

Et son entraîneur Sean McVay, un prodige de 33 ans, a flanché face à l'expérience de son vis-à-vis de New England, Bill Belichick, 66 ans.

Mais deux Rams ont fait sensation. ils s'appellent Napoleon Jinnies et Quinton Peron, et ont participé dans la troupe de "cheerleaders" (ou meneuses de claque) des Rams à l'animation de la grande finale de la Ligue nationale de football américain (NFL).

Jamais dans la longue histoire du Super Bowl, événement sportif le plus suivi aux Etats-Unis, deux danseurs n'avaient participé aux chorégraphies et autres danses des "pom-pom girls" le long de la ligne de touche à chacune des nombreuses interruptions de match.

Napoleon Jinnies et Quinton Peron étaient habillés d'un pantalon blanc et d'un maillot bleu et jaune aux couleurs des Rams, mais sans les fameux "pom-pom" que portent leurs collègues féminines, vêtues d'un tee-shirt échancré et d'un mini-short. Ils ont suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux, la plupart pour les féliciter.

Des équipes de football américain avaient déjà intégré des gymnastes et autres cascadeurs pour porter notamment les danseuses, mais jamais des danseurs.

Napoleon Jinnies, 28 ans, passé par Disneyland, et Quinton Peron, 26 ans, ont intégré la troupe de 40 membres en mars 2018 après avoir passé des auditions, comme 300 candidates.

Ils ont été sélectionnés parce qu'ils avaient tout de "danseurs exceptionnels et talentueux", selon le club.

Leur première apparition lors d'un match des Rams en août avait été quelque peu houleuse, avec des insultes de spectateurs. Ils ont dû en endurer tout au long de la saison, ont-il expliqué au Los Angeles Times avant le Super Bowl.

"Tout ce qui s'est passé on a su l'encaisser, parce qu'on savait qui nous soutenait. Nos familles le faisaient, nos amies de la troupe aussi, et toute la ville de Los Angeles, c'est pareil", a déclaré Peron au principal quotidien de Los Angeles.

L'exemple des Rams est en train de faire école. L'équipe de football américain de La Nouvelle-Orléans a intégré à son tour un danseur dans sa troupe, chargé de l'animation des matches.

Vos commentaires