En ce moment
 

Syrie: 14 civils tués dans de nouveaux raids du régime sur la Ghouta

Syrie: 14 civils tués dans de nouveaux raids du régime sur la Ghouta
Des Syriens fuient la ville de Beit Sawa, dans la Ghouta orientale, après des bombardements du régime, le 4 mars 2018ABDULMONAM EASSA
Syrie

Au moins 14 civils ont été tués dans de nouveaux raids du régime visant l'enclave rebelle dans la Ghouta orientale, où le président syrien Bachar al-Assad s'est dit déterminé à poursuivre une offensive en cours contre les insurgés, a indiqué lundi une ONG.

Les frappes aériennes ont visé dans la nuit et tôt lundi matin plusieurs localités de la Ghouta orientale, tuant notamment 10 personnes dans la localité de Hammouriyé, où des barils d'explosifs ont été largués, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Ces nouveaux raids portent à 709 civils le bilan des morts depuis le 18 février, date du lancement par le régime d'une campagne aérienne d'une rare intensité contre l'enclave rebelle de la Ghouta orientale, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Il y a eu lundi matin des frappes aériennes et des tirs de roquettes sur plusieurs secteurs de la Ghouta", dernier fief des insurgés aux portes de Damas, a rapporté M. Abdel Rahmane.

La campagne aérienne lancée le 18 février était le prélude à une offensive terrestre lancée par le régime pour reconquérir l'enclave rebelle, et ses forces ont déjà repris le contrôle de plus du quart du fief rebelle, grand d'une centaine de kilomètres carrés, selon l'OSDH.

"L'opération doit se poursuivre", a asséné dimanche Bachar al-Assad.

Ces raids interviennent alors que les habitants de la Ghouta orientale doivent recevoir lundi un convoi d'aides humanitaires, le premier depuis cette escalade de violence.

Le convoi comprend "46 camions transportant des aides médicales et de la nourriture pour 27.500 personnes", a annoncé l'ONU.

Assiégés depuis 2013, les quelque 400.000 habitants de la Ghouta orientale subissent au quotidien pénuries de nourriture et de médicaments.

Vos commentaires