En ce moment
 
 

Syrie: 40.000 déplacés touchés par des pluies diluviennes dans le nord-ouest

Syrie: 40.000 déplacés touchés par des pluies diluviennes dans le nord-ouest
Des rebelles syriens se tiennent sur et près d'un véhicule submergé, dans une zone inondée près d'un camp de déplacés à Deir al-Ballut, dans le nord-ouest de la Syrie, le 31 mars 2019Rami al SAYED
Syrie

Plus de 40.000 déplacés dans le nord-ouest de la Syrie ont dû quitter les camps qui les hébergeaient, en raison d'importantes inondations causées par des pluies torrentielles au cours des trois derniers jours, a déclaré mardi un porte-parole des Nations unies.

Environ 14 camps ont été évacués dans la région d'Idleb, a indiqué à l'AFP David Swanson, porte-parole du bureau des affaires humanitaires des Nations Unies (Ocha).

Cette région, sous la coupe des jihadistes du groupe Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche d'Al-Qaïda) qui ont pris le dessus sur les rebelles, abrite plus de trois millions de personnes, dont la moitié a été déplacée par les huit ans de guerre en Syrie.

Des "Casques blancs", des secouristes engagés dans les zones rebelles du pays, tentaient depuis lundi d'aider à évacuer les camps et à sauver des eaux boueuses le peu d'affaires que possèdent les déplacés.

"Pour le deuxième jour d'affilée, les Casques blancs (...) continuent de faire face à la situation catastrophique dans les camps du nord de la Syrie", a déclaré lundi soir cette équipe de secouristes, sur Twitter.

Une vidéo postée par les Casques blancs sur le même réseau montrait une tente noyée sous une eau brunâtre. Dans une autre vidéo, les secouristes se retenaient à une corde pour ne pas être emportés par un torrent boueux arrivant à hauteur de genoux.

Les intempéries ont touché plusieurs dizaines de milliers de civils, mais aussi les champs et les réserves agricoles dans la région d'Idleb et celle, voisine, d'Alep où un hôpital a été mis hors de service après avoir été inondé.

La région de Hassaké (nord-est) a aussi été touchée.

Accueillant des dizaines de milliers de déplacés, le nord de la Syrie dépend majoritairement de l'aide humanitaire et sa population est démunie de tout, notamment de moyens pour lutter contre le froid et l'humidité.

Depuis son début en 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 370.000 morts et déplacé plusieurs millions de personnes.

Vos commentaires