En ce moment
 
 

Syrie: le froid hivernal a tué 29 enfants fuyant les combats contre l'EI

Syrie: le froid hivernal a tué 29 enfants fuyant les combats contre l'EI
Un enfant syrien dans le camp de déplacés d'Al-Hol, dans le nord-est du pays, où de nombreux civils ont fui les combats contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI), le 19 décembre 2018Delil SOULEIMAN
Enfants, Syrie

Au moins 29 enfants ont été tués en deux mois par le froid hivernal en Syrie, alors que leurs familles fuyaient l'ultime réduit du groupe Etat islamique (EI) ravagé par les combats dans l'est du pays, a annoncé jeudi l'ONU.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) s'est dite "extrêmement préoccupée" par une "situation humanitaire qui se détériore" dans le camp de déplacés d'Al-Hol, dans le nord-est syrien, où sont transférés depuis plusieurs mois les civils fuyant les combats contre l'EI dans la province de Deir Ezzor.

"La mort d'au moins 29 enfants et nouveaux-nés a été rapportée au cours de ces huit dernières semaines, principalement d'hypothermie, alors qu'ils se rendaient au camp ou peu après leur arrivée", a indiqué l'OMS dans un communiqué.

En deux mois, "environ 23.000 personnes, principalement des femmes et des enfants fuyant les hostilités à Deir Ezzor", sont arrivées au camp, a-t-elle ajouté.

Avec le soutien d'une coalition internationale emmenée par Washington, les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS) ont lancé en septembre une offensive contre l'ultime bastion de l'EI dans l'est du pays.

Ils ont conquis l'immense majorité du secteur, poussant les jihadistes dans leurs derniers retranchements. Ces dernières semaines, des milliers de personnes ont fui les hostilités.

"Nombre d'entre eux marchent ou voyagent à bord de camions sans toit, pendant plusieurs jours, dans le froid mordant de l'hiver", souligne l'OMS.

L'organisation rappelle que ces personnes doivent attendre plusieurs heures à ciel ouvert dans des secteurs désertiques, pendant que les FDS procèdent à des vérifications d'identité, des fouilles et des interrogatoires poussés pour identifier de potentiels jihadistes.

"La situation dans le camp (d'Al-Hol) est critique. Sa population a triplé (de 10.000 à près de 33.000 personnes) en moins de deux mois", met en garde l'OMS.

Déclenché en 2011 avec la répression de manifestations pro-démocratie par le pouvoir de Bachar al-Assad, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire de plus en plus morcelé.

Il a fait plus de 360.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Vos commentaires