En ce moment
 

Syrie: le maintien d'Assad serait une "erreur funeste", selon Macron

Syrie: le maintien d'Assad serait une
Le président français Emmanuel Macron s'exprime devant les ambassadeurs français, le 27 août 2018 à l'ElyséePHILIPPE WOJAZER
Syrie

Le président français Emmanuel Macron a jugé lundi qu'un "retour à la normale" en Syrie avec le maintien de Bachar al-Assad à sa tête serait "une erreur funeste".

"Nous voyons bien ceux qui voudraient, une fois la guerre contre Daech achevée, faciliter un retour à la normale: Bachar al-Assad resterait au pouvoir, les réfugiés (...) retourneraient et l'Europe et quelques autres reconstruiraient", a déclaré le chef de l'Etat au cours de son discours annuel face aux ambassadeurs de France.

"Si je considère depuis le premier jour que notre premier ennemi est Daech (acronyme arabe du groupe jihadiste Etat islamique, ndlr) et que je n'ai jamais fait de la destitution de Bachar al-Assad une condition préalable à notre action diplomatique ou humanitaire en Syrie, je pense qu'un tel scénario serait néanmoins une erreur funeste", a-t-il estimé.

"Qui a provoqué ces milliers de réfugiés? Qui a massacré son propre peuple? Il n'appartient pas à la France de désigner les futurs dirigeants de la Syrie pas plus qu'à un autre pays mais c'est notre devoir et notre intérêt de nous assurer que le peuple syrien sera bien en situation de le faire", a-t-il ajouté.

Le président a par ailleurs jugé que la situation était "aujourd'hui alarmante" en Syrie "car le régime menace de créer une nouvelle crise humanitaire dans la région d'Idleb et ne montre jusqu'à présent aucune volonté pour négocier la moindre transition politique".

"Cela implique de renforcer encore la pression sur le régime et ses alliés et j'attends à cet égard beaucoup de la Russie et de la Turquie compte tenu de leur rôle et de leurs engagements pris", a-t-il ajouté.

Le régime de Bachar al-Assad se dit déterminé à reprendre aux rebelles la province d'Idleb, dans le nord-ouest du pays, à la frontière avec la Turquie. Cette région constitue le dernier refuge des groupes insurgés, chassés de leurs principaux bastions en Syrie.

En Syrie, "nous sommes à l'heure de vérité" alors que "nous abordons, je crois, les derniers mois du conflit" entamé en mars 2011, a ajouté Emmanuel Macron.

Cette nouvelle phase va être pilotée par le nouveau représentant personnel du président pour la Syrie, François Sénémaud, qui vient de quitter son poste d'ambassadeur en Iran.

La nomination de cet ancien cadre des renseignements extérieurs français, âgé de 61 ans, avait été annoncée en juin.

La France avait fermé en 2012 son ambassade à Damas pour protester contre la répression menée par le régime sans toutefois rompre formellement les relations diplomatiques. "Nous ne rouvrons pas une ambassade en Syrie", avait précisé en juin le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

Emmanuel Macron a indiqué qu'il annoncerait, dans "les prochaines semaines", des "initiatives concrètes" pour favoriser "la stabilité" du Moyen-Orient, "qui ne peut se construire que dans le pluralisme". Il a précisé s'être entretenu avec le président iranien Hassan Rohani avant la conférence des ambassadeurs.

Il a annoncé qu'il se rendrait au Caire "dans les prochains mois", lorsque l'Egypte prendra la présidence de l'Union africaine.

Vos commentaires