En ce moment
 
 

Syrie: un journaliste de France 2 tué à Homs

 
 

En voyage autorisé par le régime syrien, un groupe de journalistes a été bombardé ce mercredi dans la ville de Homs. Gilles Jacquier, grand reporter à France 2, est mort dans l'attaque. Il s'agit du premier journaliste occidental décédé en Syrie depuis le début du conflit le 15 mars.

Un obus de mortier est tombé ce mercredi après-midi sur un groupe de journalistes qui se trouvait à Homs, dans le centre de la Syrie, dans le cadre d'un voyage autorisé par le régime syrien qui limite les déplacements des médias étrangers dans le pays. Un journaliste français, Gilles Jacquier, est décédé dans l'attaque. Agé de 43 ans, ce grand reporter de France 2 a couvert la plupart des conflits des 20 dernières années pour le magazine "Envoyé spécial". Selon des sources concordantes, il y aurait également d'autres morts et plusieurs blessés, dont un photographe néerlandais.

 

Aucun Belge décédé

Contacté par Bel RTL, le ministère belge des Affaires étrangères a affirmé qu'aucun Belge n'est décédé dans le bombardement. De son côté, le ministère de l'information syrien a indiqué qu'il était au courant d'un incident impliquant des journalistes étrangers à Homs, mais qu'il n'avait pas d'autres détails.

"Un véritable chaos"

Selon l'agence Belga, la chaîne flamande VRT a décidé de rapatrier ses deux équipes présentes sur place le plus rapidement possible. "C'était un véritable chaos", a témoigné le journaliste de la chaîne publique Jens Franssen sur les ondes de Radio 1. Selon lui, l'explosion s'est produite alors que les journalistes étaient en train de réaliser des interviews. "Nous avons couru avec un certain nombre de journalistes vers un appartement. Soudain, une roquette a explosé, puis une troisième et une quatrième", a raconté Jens Franssen. "Dans l'appartement, nous avons vu une fille en pleurs et un collègue néerlandais qui était blessé. Et soudain nous avons vu le corps sans vie d'un journaliste de France 2", a-t-il ajouté. 

"Gilles Jacquier est mort sur le coup"

Le correspondant de la BBC en arabe a également témoigné sur le site du Figaro. Selon Mohammed Ballout, il y avait deux délégations de journalistes. Il se trouvait dans la première. La seconde "comptait dans ses rangs Gilles Jacquier et un autre journaliste de France 2, cinq Belges, deux Suisses, deux Libanais et un journaliste syrien". "Nous avons fait le tour des hôpitaux dans les quartiers de Homs qui sont toujours sous le contrôle de l'armée et, vers 15 heures, mon groupe a quitté le secteur alaouite de Zahira. Quelques instants plus tard, devant l'hôpital de Zahira, un attroupement s'est formé de militants pro-Assad qui ont commencé à scander des slogans favorables au régime. Soudain, une roquette RPG a frappé la foule. Huit activistes pro-Bachar ont été tués sur le coup, il y a eu des blessés également", a raconté le journaliste. "Les journalistes du groupe de Jacquier sont accourus pour voir ce qui se passait. À ce moment-là, un deuxième RPG a été tiré dans leur direction. Gilles Jacquier est mort sur le coup. L'attaque s'est passée dans la rue", a-t-il ajouté.

Foyer de l'insurrection

Homs est un des foyers de l'insurrection contre le régime du président syrien Bachar al-Assad qui a débuté il y a dix mois et a fait, selon une estimation de l'ONU, plus de 5.000 morts.      

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), "des obus sont tombés entre les quartiers de Akrama et Al-Nouzha où se trouvait un groupe de journalistes. Un journaliste occidental a été tué ainsi que six Syriens. Il y a eu des blessés". L'OSDH a demandé l'ouverture d'une enquête indiquant qu'il ignorait l'origine de ces tirs, alors que les militants dans la ville ont accusé les autorités.


 

Vos commentaires