Syrie: un mort dans l'explosion d'une "voiture piégée" à Lattaquié (médias d'Etat)

Syrie: un mort dans l'explosion d'une
Photo distribuée par l'agence syrienne Sana montrant un véhicule en flammes après l'explosion d'un engin piégé, le 22 janvier 2019 à Lattaquié, dans le nord-ouest du pays-
Syrie

Une personne est décédée et quatorze autres ont été blessées dans l'explosion d'une "voiture piégée" mardi à Lattaquié, un des bastions du régime de Bachar al-Assad dans le nord-ouest de la Syrie, a annoncé l'agence officielle Sana.

Sana a fait état de "l'explosion d'une voiture piégée sur la place Al-Hammam à Lattaquié", ajoutant qu'une deuxième bombe a été "désamorcée" au même endroit.

"L'explosion terroriste a provoqué la mort d'un civil et blessé quatorze autres", a précisé l'agence, citant le responsable des services de santé de la province de Lattaquié.

Sana a publié une vidéo montrant une voiture entièrement carbonisée, autour de laquelle s'affairaient pompiers et militaires attroupés sur le lieu de l'explosion.

La plupart des blessés ont été touchés par "des éclats provoqués par l'explosion", a indiqué de son côté le directeur de l'hôpital "Téchrine" à Lattaquié, Louay Naddaf, interrogé par la télévision d'Etat.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), l'explosion a été causée par un "engin explosif dissimulé dans la voiture ou placé à côté".

La province de Lattaquié, fief du clan Assad, ainsi que la ville éponyme sont relativement épargnées par le conflit qui déchire la Syrie depuis 2011 et qui a fait plus de 360.000 morts.

Le dernier attentat dans la province remonte à janvier 2017, lorsque l'explosion d'une voiture piégée dans la ville de Jablé avait fait 14 morts.

- Attentat à Damas -

Par ailleurs, la province de Lattaquié est aussi la cible des "frappes sporadiques" menées par des groupes rebelles ou jihadistes, selon le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Cette région jouxte directement le dernier bastion échappant encore au contrôle du régime et qui englobe, outre la majeure partie de la province d'Idleb (nord-ouest), des segments des provinces voisines d'Alep et de Hama.

Dans le collimateur du régime depuis plusieurs mois, l'ultime grand fief anti-Assad est passé en début d'année sous l'emprise totale du groupe jihadiste Hayat Tahrir al-Cham, dominé par l'ex-branche syrienne d'Al-Qaïda.

L'explosion de mardi à Lattaquié intervient deux jours après un attentat ayant frappé la capitale syrienne, la première attaque à Damas en plus d'un an, selon l'OSDH, qui a fait état de "morts et blessés" sans donner de bilan précis.

En mai 2018, le régime avait annoncé contrôler "totalement" Damas et ses environs pour la première fois depuis 2012, après avoir progressivement chassé rebelles et jihadistes de leurs derniers réduits dans la capitale.

Soutenu par la Russie, l'Iran et des milices étrangères dont le Hezbollah libanais, le régime d'Assad a multiplié les victoires contre les rebelles et les jihadistes ces deux dernières années. Il contrôle aujourd'hui près des deux-tiers de la Syrie.

Vos commentaires