En ce moment
 

Syrie: une nouvelle loi encadre plus strictement les religieux musulmans

Syrie

(Belga) Le président syrien Bachar al-Assad a signé une nouvelle loi encadrant plus strictement l'activité des religieux musulmans, leur interdisant d'utiliser des lieux de culte à des "fins politiques" ou de voyager à l'étranger sans autorisation, selon les médias d'Etat.

Le texte, adopté mercredi par le Parlement puis signé vendredi par le président, interdit aux imams d'appartenir à des partis politiques non autorisés, de participer à des conférences en Syrie ou à l'étranger et de quitter le territoire syrien sans l'autorisation du ministre des Affaires religieuses. En 2011, certaines mosquées syriennes étaient devenues le point de départ de manifestations contre le régime Assad. C'est après la répression meurtrière de manifestations prodémocratie par le pouvoir que la guerre dans ce pays a débuté cette même année. Elle s'est complexifiée au fil des ans, notamment avec l'implication de groupes jihadistes, et a fait plus de 360.000 morts. Le texte met en garde les religieux contre "l'incitation à la haine confessionnelle" et "l'exploitation des tribunes (des mosquées) à des fins politiques". Il limite également le mandat du mufti de la République, la plus haute autorité musulmane, à trois ans renouvelables, au lieu d'une durée illimitée. L'actuel mufti, Ahmad Badreddine, occupe cette position depuis 2004. Le ministère des Affaires religieuses devra, en parallèle, se "coordonner avec les ministère de l'Information et de la Culture pour superviser les programmes religieux dans les médias, ainsi que les publications religieuses", selon la nouvelle loi. Cette réforme a suscité différentes réactions. Certains jugent qu'elle permettra de "lutter contre l'extrémisme" et d'autres craignent qu'elle ne soit l'expression d'une volonté de museler davantage les voix dissonantes et critiques du pouvoir. "Cette loi permet au ministère Affaires religieuses de s'ingérer même dans des activités qui ne relèvent pas de son domaine comme les publications", affirme à l'AFP un avocat syrien, ayant requis l'anonymat. Le ministre des Affaires religieuses, Mohamad Abdel Sattar al-Sayed, s'est lui félicité d'une "première" permettant de définir des "limites à l'activité religieuse" ainsi que des "conditions pour la désignation des imams et des orateurs". (Belga)

Vos commentaires