En ce moment
 
 

Taximan fou en Angleterre: 12 morts pour une histoire de famille?

 
 

Il a tué 12 personnes, dont des proches, dans sa folle randonnée meurtrière dans le Nord de l'Angleterre. Les premiers témoignages apportent les premières explications. Il aurait tué son frère et l'avocat de la famille.

Derrick Bird, 52 ans, divorcé et père de deux enfants était un homme tranquille. Mercredi, il a débuté son raid meurtrier, aux motifs encore incertains. Le matin même, un voisin l'avait croisé: "Il n'avait pas l'air joyeux. Normalement, il ne passait à côté de vous sans dire bonjour". Depuis la fenêtre de sa voiture, il a ouvert le feu en une trentaine d'endroits pendant plus de trois heures, semant la panique dans la région touristique des Lacs, dans le nord-ouest de l'Angleterre.

Le bilan est lourd: 12 morts, 25 blessés, dont trois dans un état "critique", selon le porte-parole de la police du Cumbria, Stuart Hyde. Les services hospitaliers ont précisé également que cinq personnes se trouvaient dans un état "grave".

Querelle de famille ?

"Nous ne comprenons pas à ce stade la véritable motivation derrière tout cela, et ne pouvons établir si c'était prémédité ou si c'était une attaque aveugle", a ajouté le porte-parole. Notre priorité est maintenant d'essayer de trouver ce qui a provoqué tout cela et où M. Bird a été ces dernières 24 heures", selon la police, qui a lancé un appel à témoins. 

Selon la presse anglaise, mercredi matin, l'une des premières vicitmes est son frère jumeau. Il y aurait eu des différends au sujet de l'héritage de leur mère malade. Il aurait aussi tué l'avocat de la famille.

Il avait prévenu

Selon l'un de ses amis, Peter Leder, Bird était "sociable, bien connu de tous, tout le monde l'aimait bien". Lorsqu'ils se sont parlé la veille au soir, Bird lui a toutefois dit "tu ne me reverras pas", a déclaré M. Leder sur la chaîne CNN. Pour sa part, The Sun affirme que Derrick Bird aurait pu planifié les attaques la nuit d'avant sa course meurtrière, après une dispute avec d'autres chauffeurs de taxi.

"Après, Derrick a serré la main à tous ses collègues et dit: Il va y avoir un massacre demain", a déclaré au journal un des collègues de l'assassin. Intervenant devant la chambre des Communes, le Premier ministre David Cameron s'est dit "choqué et effaré" par ce drame, annonçant en milieu d'après-midi un premier bilan d'"au moins cinq morts". 

Déroulement du drame

Dès les premières informations faisant état d'une fusillade, mercredi vers 10h30 locales (11h30 chez nous), la police avait appelé la population, ainsi que les nombreux touristes visitant la région, à se réfugier chez eux ou à l'intérieur d'un édifice.

Le corps d'un homme a été retrouvé peu après près de la ville de Boot. La police a confirmé en fin d'après-midi qu'il s'agissait du cadavre de Derrick Bird, estimant qu'il s'était sans doute donné la mort. Deux armes ont été retrouvées à ses côtés.z

Dans cette région paisible dont le somptueux décor de montagnes et de lacs attire chaque année de nombreux touristes, les proches de l'auteur de la fusillade avouaient ne pas comprendre comment cet homme apparemment "tranquille" s'était transformé en tueur.

Taximan depuis plus d'une vingtaine d'années, père de deux enfants, il vivait seul, selon une employée d'une société de taxis de Whitehaven, Sue Matthews. "Honnêtement, c'était un type tranquille, je suis absolument sous le choc", a-t-elle déclaré.

La reine est choquée

De son côté, la reine d'Angleterre Elizabeth II s'est dite en début de soirée "profondément choquée par les épouvantables nouvelles de Cumbria", partageant "le chagrin et l'effroi de tout le pays". Peu avant, le président de la Commission européenne José Manuel Barroso s'était déclaré "profondément choqué et attristé" par la "terrible fusillade". Cette fusillade est l'une des pires survenues ces dernières décennies au Royaume-Uni, où la législation sur les armes à feu est très stricte.

En 1987, un homme de 27 ans, Michael Ryan, avait abattu 14 personnes dans la ville de Hungerford (sud de l'Angleterre). En 1996, 16 écoliers âgés de cinq et six ans ainsi que leur professeur,  avaient été tués dans le gymnase d'une école primaire de Dunblane (centre de l'Ecosse), par un homme de 43 ans, Thomas Hamilton.





 

Vos commentaires