En ce moment
 
 

Tennis: Nick Kyrgios suspendu 16 semaines avec sursis

Tennis: Nick Kyrgios suspendu 16 semaines avec sursis
L'Australien Nick Kyrgios face à l'Italien Andreas Seppi au 1er tour du tournoi de Zhuhai, en Chine, le 25 septembre 2019STR

L'Australien Nick Kyrgios a été suspendu 16 semaines de tournois ainsi que de 25.000 dollars d'amende pour son mauvais comportement sur les courts ces douze derniers mois, a annoncé jeudi l'ATP qui a assorti sa peine d'une période probatoire de 6 mois.

"La suspension sera levée à l'issue de ces 6 mois de probation à condition" que Kyrgios se plie à certaine mesures durant cette période, comme le respect à la lettre du code de conduite, le soutien d'un coach mental sur les tournois et "l'aide d'un professionnel spécialisé dans le comportement durant la période sans compétition (novembre-décembre)", précise l'ATP.

Kyrgios, battu d'entrée mercredi à Zuhai, a annoncé jeudi qu'il renonçait à la suite de la tournée asiatique (qui se termine à la mi-octobre, ndlr) en raison d'une blessure à la clavicule.

Cette nouvelle sanction fait suite à l'enquête ouverte après l'attitude de l'actuel 27e mondial lors de son match du 2e tour du Masters 1000 de Cincinnati, en août contre Karen Khachanov. Il avait déjà écopé d'une amende de 113.000 dollars pour "avoir quitté le court sans permission, proféré des obscénités et pour sa conduite anti-sportive envers son adversaire", mais l'ATP avait décidé de prolonger son enquête en raison des antécédents de l'Australien de 24 ans.

"L'enquête a mis en évidence que Kyrgios avait eu des propos déplacés à répétition ces 12 derniers mois vis à vis d'officiels et/ou de spectateurs, constituant des violations" du code de conduite de l'ATP, précise l'instance qui gère le tennis professionnel masculin.

Le joueur a cinq jours ouvrables pour interjeter appel à compter de ce jeudi, précise l'ATP.

Kyrgios faisait également l'objet d'une autre enquête après avoir qualifié l'ATP de "corrompue" lors de l'US Open. Sur ce dossier, "après les explications fournies par le joueur au lendemain (de ses déclarations), il a été estimé que l'incident ne constituait pas une "violation majeure" et aucune sanction ne sera prononcée à ce sujet.

Vos commentaires