Tensions avec la Corée du Nord - Dialogue intercoréen à haut niveau sur fond de rapprochement olympique

Tensions avec la Corée du Nord - Dialogue intercoréen à haut niveau sur fond de rapprochement olympique

(Belga) Le président sud-coréen Moon Jae-in a rencontré samedi à Séoul le chef de l'Etat de Corée du Nord et la soeur de son dirigeant Kim Jong Un, dialogue historique malgré les avertissements de Washington sur "l'offensive de charme" olympique de Pyongyang. M. Moon a accueilli Kim Yo Jong, première membre de la dynastie régnant au Nord à fouler le sol du grand rival depuis la fin de la guerre de Corée, à la Maison Bleue, la présidence sud-coréenne. Kim Yong Nam, le plus haut dignitaire nord-coréen à s'être jamais rendu au Sud, était également de la partie.

Tout sourire, le président sud-coréen a échangé des poignées de main avec chaque membre de la délégation nord-coréenne. Sur les images de la télévision sud-coréenne, on pouvait voir que Yo Jong, dont les analystes s'attendent à ce qu'elle délivre un message personnel de son frère, portait un dossier bleu frappé d'un sceau. Les spéculations vont bon train dans les médias sud-coréens sur le fait que Pyongyang pourrait inviter M. Moon à se rendre au Nord dans le courant de l'année. Cette "détente" spectaculaire opérée à la faveur des Jeux survient après deux années de tensions extrêmes sur la péninsule. D'après certains analystes, le Nord cherche en participant aux "Jeux de la Paix" de Pyeongchang à obtenir un adoucissement des multiples trains de sanctions internationales contre le régime et à enfoncer un coin dans la relation entre Séoul et Washington. Le vice-président américain Mike Pence, qui n'a pas eu, en tout cas face aux caméras, d'interaction avec la délégation nord-coréenne à Pyeongchang, a tweeté: "Nous sommes déterminés à nous assurer que même dans le contexte puissant et l'idéalisme des jeux Olympiques, le monde se rappelle de la vérité au sujet de la Corée du Nord. "Nous allons continuer à faire pression diplomatiquement et économiquement tout en gardant nos options militaires" sur la table, a déclaré M. Pence sur NBC. En Corée du Sud, une partie de l'opposition accuse le président Moon de faire trop de concessions à Pyongyang et le Nord de prendre les JO en "otage". Le dernier membre de la famille de Kim Jong Un à être venu à Séoul était son grand-père, Kim Il Sung, le fondateur du régime, quand ses forces avaient conquis la capitale en 1950. (Belga)

Vos commentaires