En ce moment
 

Tensions avec la Corée du Nord - Un transfuge nord-coréen salué par Trump dans son discours au Congrès

Tensions avec la Corée du Nord - Un transfuge nord-coréen salué par Trump dans son discours au Congrès

(Belga) Un Nord-Coréen ayant fait défection et aujourd'hui réfugié à Séoul a fait partie des invités d'honneur du président Donald Trump pour son discours sur l'état de l'Union au Congrès mardi. En pleine crise sur le nucléaire nord-coréen, le milliardaire a fait asseoir, à quelques places de la Première dame dans une tribune réservée, Ji Seong-ho, qui a fui la Corée du Nord en 2006.

Donald Trump a raconté les souffrances de l'homme, qui a perdu une main et un pied après qu'un train nord-coréen lui a roulé dessus en 1996. "Aujourd'hui il vit à Séoul, où il aide d'autres transfuges, et diffuse vers la Corée du Nord ce que le régime craint le plus: la vérité", a déclaré le président des Etats-Unis. "Il a une nouvelle jambe, mais Seong-ho, je crois que vous gardez vos béquilles comme symbole de votre parcours. Votre grand sacrifice est un exemple pour nous tous", a ajouté Donald Trump. "L'histoire de Seong-ho témoigne du désir ardent de chaque âme humaine de vivre libre". Brandissant cette béquille, Ji Seong-ho a été longuement ovationné par les parlementaires, debout, l'un des moments mémorables de la soirée. Quelques sièges plus loin, d'autres invités symboliques avaient pris place: Fred et Cindy Warmbier, les parents d'Otto Warmbier, un jeune Américain mort aux Etats-Unis l'an dernier après avoir été détenu dans des conditions mystérieuses par le régime de Pyongyang. "Vous êtes les puissants témoins d'une menace contre notre monde, et votre force nous inspire", a salué Trump, s'adressant aux parents endeuillés. Dans son discours, Donald Trump a mis en garde contre "la complaisance et les concessions" face au régime nord-coréen. "Aucun régime n'a opprimé ses propres citoyens" aussi "brutalement que la dictature cruelle de Corée du Nord", a-t-il estimé. La menace nucléaire représentée par Pyongyang, qui semble être encore montée d'un cran depuis l'arrivée du bouillant milliardaire à la Maison Blanche, a bien sûr aussi été abordée. "La dangereuse quête de missiles nucléaires par la Corée du Nord pourrait très prochainement menacer notre territoire. Nous menons une campagne de pression maximale pour éviter que cela arrive". "Il nous suffit de regarder le caractère vicieux du régime nord-coréen pour comprendre la nature de la menace nucléaire qu'il peut représenter pour l'Amérique et ses alliés," a encore lancé Donald Trump. (Belga)

Vos commentaires