En ce moment
 

Des images amateur montrent les tensions en RDC après la razzia de Kabila au Sénat: au moins un policier a été tué

Au moins un policier a été tué samedi en République démocratique du Congo où des militants du parti du nouveau président Félix Tshisekedi manifestent leur colère après leur défaite écrasante aux élections sénatoriales vendredi.

Ces élections au suffrage indirect d'une centaine de sénateurs ont été remportées par des fidèles de l'ancien président Joseph Kabila, plus que jamais au coeur du jeu politique congolais moins de deux mois après avoir transmis le pouvoir à M. Tshisekedi. Sa plate-forme politique Front commun pour le Congo (FCC) revendique "une très large majorité de plus des deux-tiers au Sénat", ce qui lui permet le cas échéant de lancer une révision de la Constitution ou des procédures et des poursuites contre l'actuel chef de l'Etat.


Accusations de corruption

Les élections sénatoriales ont aussi été marquées par des accusations récurrentes de corruption lancées envers le corps électoral des "grands électeurs", à savoir les députés locaux dans les 26 assemblées provinciales. Certains députés provinciaux ont été accusés de "vendre" leur voix plusieurs dizaines de milliers de dollars.

Dans ce contexte, un policier a été tué samedi à Mbuji-Mayi, selon plusieurs sources. Mbuji-Mayi est la capitale de la province du Kasaï oriental, l'un des fiefs de l'UDPS, où le parti présidentiel n'a pourtant obtenu aucun sénateur. Cet échec a provoqué la colère des militants de l'UDPS contre les grands électeurs/députés provinciaux.


Colère des militants du parti du nouveau président

"Des 'combattants' de l'UDPS ont mené ce matin des expéditions punitives dans les résidences de certains députés provinciaux. Ils ont pillé, détruit, brûlé maisons et véhicules", accuse sur son compte Twitter le gouverneur Alphonse Ngoy Kasanji, élu sénateur sous l'étiquette pro-Kabila FCC. "La députée @FCC_RDC Félicité Ngalula a perdu tous ses biens. Son garde du corps a été tué", ajoute-t-il.

"Depuis ce matin, les combattants de l'UDPS en colère font le tour des résidences des députés provinciaux. La première victime est la députée provinciale du FCC Félicitée Ngalula dont la résidence se trouve à moins de 300 mètres de la permanence de l'UDPS. Ils sont arrivés et ont tout mis à sac. Un policier de sa garde a été tué et deux armes emportées", confirme Me Jimmy Bashile de la société civile, cité par un correspondant de l'AFP. La police a confirmé la mort d'un de ses membres.

Vos commentaires