En ce moment
 
 

Tim Cook nourrit les rumeurs sur une "smart montre", mais ne confirme rien

Tim Cook, le dirigeant d'Apple a déclaré jeudi que son groupe se montrait "incroyablement intéressé" par les possibilités des gadgets informatiques que l'on peut porter sur soi, notamment au poignet.

Lors d'une conférence dans la Silicon Valley, Le patron du groupe californien, répondant à deux journalistes du site All Things D, organisateur de cet événement annuel, a estimé que les lunettes développées par Google ne serait "probablement pas un produit de consommation de masse", mais que le secteur des gadgets portables, en général, était digne de grand intérêt.

Il n'a pas voulu dire si Apple emboîterait ou non le pas de Google dans ce domaine. Mais il a cité en exemple de "bon" produit un bracelet fait par Nike pour mesurer l'activité physique et fonctionnant avec une application vendue sur le magasin en ligne d'Apple, AppStore.

Tim Cook a ainsi jugé que le poignet était un endroit plus "intéressant" de ce point de vue que les yeux. "Je porte des lunettes parce que je dois le faire, sinon je ne vois rien", a-t-il dit, estimant que les gens ne porteraient pas volontairement des lunettes s'ils n'en avaient pas besoin.

Selon lui, un produit fait pour le poignet est plus naturel. "Mais il faut quand même convaincre les gens que ça vaut la peine de le porter, la plupart des jeunes ne portent pas de montre", a-t-il observé.

Tim Cook a ainsi nourrit les rumeurs, sans les confirmer toutefois, sur le lancement prochain d'une montre "intelligente" (iWatch).

Il a aussi estimé que "des tonnes d'entreprises" allaient se disputer ce secteur des accessoires informatisés.

Google a présenté des prototypes de ses lunettes capables de se connecter à internet et équipées d'une caméra et d'un micro lors d'une conférence de développeurs plus tôt dans le mois. Mais ces lunettes futuristes ne seront pas commercialisées cette année, comme annoncé initialement.

Interrogé sur les déboires d'Apple, avec notamment une action en baisse, une stratégie fiscale sur la sellette et une concurrence féroce de Samsung devenu numéro un des ventes de smartphones, Tim Cook a répondu n'être "absolument pas" en danger. "Nous avons toujours eu des rivaux. Nous nous sommes toujours adaptés".

Vos commentaires