Tournée XV de France: "Ne pas surjouer", souhaite Parra

Tournée XV de France:
Le capitaine du XV de France Morgan Parra (d) passe le ballon lors d'une séance d'entraînement, le 20 juin 2018 à AucklandMICHAEL BRADLEY

Capitaine du XV de France pour la première fois samedi à Dunedin contre la Nouvelle-Zélande, Morgan Parra a souhaité vendredi que les Bleus prennent "du plaisir", mais sans "surjouer", pour "espérer rivaliser et pourquoi pas plus" après deux défaites.

QUESTION: Que cela vous fait-il d'être capitaine du XV de France pour la première fois?

REPONSE: "C'est un honneur. Je ne m'y attendais pas, on me l'a proposé, je le prends avec plaisir. Aujourd'hui, il y a un capitaine, Guilhem (Guirado, ménagé pour cette tournée, NDLR) mais il est épaulé par d'autres: +Basta+ (Mathieu Bastareaud, pas sur la feuille de match samedi) avant et moi maintenant. Un capitaine ne peut être seul, il a besoin d'être entouré. Je le suis par d'autres leaders comme Yoann Maestri, des jeunes ou Wesley Fofana... et ça, c'est important. Mais ça ne change rien pour moi sur la façon d'attaquer le match."

Q: A quel point est-ce différent d'être capitaine des Bleus par rapport à Clermont?

R: "Bien sûr, c'est un peu différent. Je ne connaissais pas le groupe (il a fait son retour en équipe de France, lors de cette tournée, après deux ans et demi d'absence), je l'ai découvert les premières semaines. J'apprends à connaître de nouveaux joueurs, que je connais moins qu'en club. Mais ça ne change rien. On sait pourquoi on est là: on est tous là pour jouer, gagner, prendre du plaisir ensemble."

Q: Dans quel état esprit comptez-vous attaquer ce dernier test-match?

R: "On va essayer de rivaliser. On a eu un premier test difficile (11-52), le deuxième (13-26) un peu mieux mais on a joué à 14 (carton rouge pour Benjamin Fall dès la 12e minute). On veut essayer d'être plus près d'eux, de jouer notre rugby, et surtout de se faire plaisir, la base de ce sport. +S'envoyer+ pendant 80 minutes, on fera les comptes à la fin."

- Les '20 premières minutes' -

Q: Y-a-t-il de l'impatience?

R: "Oui. C'est le dernier test avant de partir en vacances, à nous de faire le nécessaire pour prendre du plaisir pendant 80 minutes et démarrer le mieux possible. Car on sait que quand on joue les +Blacks+, les 20 premières minutes sont importantes. Surtout qu'ils ont été en difficulté la semaine dernière."

Q: Que vous inspire cette équipe néo-zélandaise qui a changé six joueurs dans son XV de départ?

R: "Cela reste les +Blacks+, même quand ils changent un, deux, trois joueurs ou plus, ils restent la meilleure équipe au monde. Mais on va essayer de se focaliser sur nous, bien entamer ce match, être présent en défense et sur nos ballons. Pour espérer rivaliser et pourquoi pas plus."

Q: Vous avez globalement été dominants dans la zone des regroupements lors du deuxième test...

R: "Oui mais les matches ne se ressemblent pas. On a, par moments, dominé sur le deuxième test, il faut refaire la même prestation voire plus pour pouvoir être près des +Blacks+ demain."

Q: D'une manière générale, à quel point vous appuyer-vous sur ce deuxième test?

R: "On a vu que quand, on tenait le ballon, on pouvait les mettre en difficulté. Pour nous, c'est important. Mais il trouver le bon tempo et ne pas surjouer. Car, face à ces équipes, tu peux être puni rapidement."

Propos recueillis en conférence de presse

Vos commentaires