En ce moment
 
 

Trump au grand rendez-vous conservateur pour se relancer après une semaine difficile

Trump au grand rendez-vous conservateur pour se relancer après une semaine difficile
Donald Trump à la tribune du CPAC, la conférence des conservateurs américains, le 23 février 2018 à National Harbor, dans la banlieue de WashingtonCHIP SOMODEVILLA

Le président Donald Trump doit prononcer samedi un discours au grand rendez-vous annuel des conservateurs américains, l'occasion pour ce tribun efficace de se relancer après une semaine difficile marquée par l'échec du sommet sur le nucléaire nord-coréen et l'audition dévastatrice de son ancien avocat.

Le milliardaire américain doit se présenter vers 11H30 (16H30 GMT) sur le podium de la Conservative Political Action Conference, ou CPAC, qui se tient dans la banlieue de Washington.

L'y attend un auditoire tout acquis à sa cause, à l'instar du public de l'édition 2018, qui l'avait accueilli comme une rock star aux cris de "USA! USA!". "Audience record", a tweeté samedi Donald Trump. "Profitez!", a-t-il ajouté, au sujet de son discours à venir.

Cette allocution arrive à point nommé à l'issue d'une semaine lors de laquelle Donald Trump a subi deux revers consécutifs.

Mercredi, son ancien avocat et homme de confiance Michael Cohen a formulé ou renouvelé une série d'accusations embarrassantes contre son ancien patron.

"Raciste", menteur, opportuniste, égoïste, tricheur, il a présenté Donald Trump sous un jour très peu flatteur.

Chèques à l'appui, il a réaffirmé que l'ancien promoteur immobilier lui avait remboursé les versements effectués par l'avocat à l'actrice pornographique Stormy Daniels pour qu'elle taise une liaison supposée avec Donald Trump.

Il a aussi confirmé que les discussions entre le groupe Trump et des interlocuteurs russes concernant un important projet immobilier à Moscou s'étaient bien poursuivies beaucoup plus tard en 2016 que ce qu'a toujours déclaré le président américain.

Si les éventuelles répercussions judiciaires du témoignage de Michael Cohen semblent incertaines, l'audition de son ancien homme de confiance devant des millions de téléspectateurs aura bien été un temps fort de la présidence Trump.

Dès le lendemain, la mauvaise séquence s'est poursuivie, au Vietnam cette fois, avec la fin prématurée du sommet entre Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, consacré à la dénucléarisation de la Corée du Nord.

Les deux parties se sont quittées sans même publier la déclaration conjointe qui était prévue initialement, même si dès vendredi, la Corée du Nord a proposé aux Etats-Unis de tenir de nouvelles discussions sur le dossier nucléaire.

La Maison Blanche n'a rien communiqué du contenu ou des thèmes que le président américain souhaitait aborder dans son discours de samedi.

Mais beaucoup s'attendent à ce qu'il brandisse, comme l'a fait vendredi le vice-président Mike Pence à la même tribune, le spectre du socialisme à l'américaine, incarné, selon les conservateurs, par plusieurs candidats à l'investiture démocrate à la présidentielle de 2020.

Vos commentaires