En ce moment
 

Discours ambigu de Trump lors du sommet de l'OTAN à Bruxelles: d'abord les menaces, puis la satisfaction

  • Sommet de l

  • Sommet de l

  • Sommet de l

  • Sommet de l

  • Sommet de l

 

Le président américain Donald Trump a menacé jeudi de sortir de l'Otan si les Alliés ne font pas d'efforts immédiatement pour accroitre leurs dépenses militaires, selon une source qui suit les discussions au cours de la seconde session du sommet atlantique. Lors d'un point presse organisé peu après et de manière inattendue, il a ensuite exprimé sa satisfaction sur les avancées...

Donald Trump s'est montré extrêmement virulent envers ses Alliés de l'Otan exigeant qu'ils atteignent "immédiatement" les 2% de leur produit intérieur brut (PIB) en dépenses militaires. Il avait été jusqu'à suggérer, sans doute pour faire presse lors des entretiens qui ont eu lieu mercredi, que les pays membres dépensent 4% de leur PIB en défense, comme le font les Etats-Unis.

Il est même passé au menace: d'après une bonne source, il aurait dit être prêt à quitter l'OTAN (organisation du traité de l'Atlantique nord), organe politico-militaire mis en place par les pays signataires en 1949, après la guerre, afin de pouvoir remplir leurs obligations de sécurité et de défense collectives. 

Un point presse inattendu

Le président américain Donald Trump a cependant assuré lors d'un point presse inattendu que "l'engagement américain auprès de l'Otan" était "fort".

"Nous avons eu une excellente réunion aujourd'hui (sur le partage du fardeau). Ces deux journées ont été fantastiques. Cela n'a pas été facile, mais nous avons réussi à nous entendre", a lancé M. Trump face à la presse. "Le seuil de 2% du PIB en dépenses militaires est devenu un engagement réel. (Les Alliés) ont accepté de payer plus et plus rapidement", a -t-il indiqué.

Le président américain a toutefois affirmé qu'il serait extrêmement déçu si les Alliés ne fournissent pas les efforts exigés en dépenses militaires. "90% des coûts de l'Otan sont pris en charge par les Etats-Unis. Hier, j'étais fortement déçu par les engagements (promis). Aujourd'hui, nous sommes satisfaits (des efforts annoncés) et nous avons une Otan plus forte qu'il y a deux jours", s'est-il réjoui. "Je crois en l'Otan, mais les Etats-Unis ont pris en charge jusqu'ici 70% à 90% des dépenses, ce n'est pas juste", a encore ajouté le président américain. "Finalement, les chiffres grimpent en flèche", a-t-il assuré

Vos commentaires