En ce moment
 
 

Trump prêt à tout pour s'accrocher au pouvoir? Un mois après sa défaite, son camp se préparait à saisir des machines électorales

Trump prêt à tout pour s'accrocher au pouvoir? Un mois après sa défaite, son camp se préparait à saisir des machines électorales
© Image Belga
 
Donald Trump
 

Un mois après la défaite de Donald Trump à la présidentielle de 2020, un projet de décret de la Maison Blanche ordonnait au plus haut responsable militaire du pays de saisir des machines électorales à travers les Etats-Unis, selon des documents révélés vendredi par le média Politico.

Le document explosif, provenant des Archives nationales, met en lumière les mesures extrêmes que l'ancien président républicain était prêt à prendre pour s'accrocher au pouvoir.

"A compter d'aujourd'hui, le ministre de la Défense doit saisir, collecter, conserver et analyser toutes les machines, tous les équipements, toutes les informations stockées électroniquement" concernant l'élection, indique le projet de trois pages, jamais signé. Daté du 16 décembre 2020, le décret prévoyait aussi de nommer un procureur spécial chargé de porter plainte pour toute allégation de fraude découlant des saisies.

Pour justifier ce projet, le document énumère une série de théories du complot -- maintes fois démenties -- sur le fait que des machines électorales auraient été piratées. On ne sait pas par qui il a été rédigé.

Une élection "volée" selon Trump

Il fait partie des plus de 750 documents remis à la commission de la Chambre des représentants chargée d'enquêter sur l'assaut du Capitole, après que la Cour suprême a rejeté l'appel de Donald Trump visant à bloquer leur divulgation. La commission n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Ce groupe, composé principalement d'élus démocrates, cherche à établir la responsabilité de Donald Trump et de son entourage dans l'assaut du siège du Congrès, le 6 janvier 2021.

Un an après avoir officiellement quitté le pouvoir, Donald Trump maintient que l'élection de 2020 lui a été "volée". Selon les enquêtes d'opinion, plus de la moitié des électeurs républicains lui donnent raison.


 

Vos commentaires