En ce moment
 

Trump: "Une époque terrifiante pour les jeunes hommes en Amérique"

Trump:
Le président américain Donald Trump s'exprime devant la presse à la Maison Blanche, le 2 octobre 2018Jim WATSON

Le président américain Donald Trump a estimé mardi, à l'occasion d'un échange avec des journalistes sur son candidat à la Cour suprême accusé d'agression sexuelle, que les jeunes hommes américains vivaient une époque "terrifiante".

"C'est une époque vraiment terrifiante pour les jeunes hommes en Amérique, vous pouvez être coupable de quelque chose dont vous n'êtes pas coupable", a-t-il déclaré depuis les jardins de la Maison Blanche.

"C'est vraiment une période difficile", a-t-il martelé, estimant que la présomption d'innocence était trop souvent piétinée.

"Toute ma vie, j'ai entendu que vous étiez innocent tant que vous n'aviez pas été reconnu coupable. Aujourd'hui, vous êtes coupable tant que vous n'avez pas été reconnu innocent", a-t-il ajouté.

Le juge Brett Kavanaugh, candidat de M. Trump à la Cour suprême, est accusé d'agression sexuelle lors d'une soirée dans la banlieue huppée de Washington au début des années 1980, lorsqu'il était adolescent. Des faits qu'il conteste vigoureusement.

"C'est quelqu'un de grande qualité, c'est un grand juge (...) Il se bat pour sa réputation, pour sa famille", a déclaré M. Trump.

Interrogé sur l'issue du vote à venir au Sénat sur la confirmation de M. Kavanaugh, le locataire de la Maison Blanche est resté prudent, jugeant qu'il fallait attendre les résultats des investigations actuellement menées par la police fédérale.

"Cela dépendra de ce qui reviendra du FBI. Ils travaillent très dur, nous verrons", a-t-il répondu.

Sous la pression des élus démocrates et d'une poignée de républicains, le président américain a ordonné vendredi au FBI de "mener une enquête complémentaire" sur Brett Kavanaugh au lendemain de l'audition au Sénat de son accusatrice, Christine Blasey Ford.

Les avocats de cette dernière ont regretté mardi, dans un courrier adressé au directeur du FBI, que leur cliente n'ait pas été interrogée par les enquêteurs.

Une autre femme, Deborah Ramirez, qui accuse Brett Kavanaugh d'avoir exhibé son sexe près de son visage lors d'une soirée arrosée à l'université de Yale au milieu des années 1980, a elle été entendue par le FBI.

Elle a, selon ses défenseurs, fourni une vingtaine de noms de personnes susceptibles de corroborer ses dires, mais aucun n'a été contacté. "Nous craignons que le FBI ne mène pas --ou ne soit pas autorisé à mener-- une enquête", a écrit son avocat, John Clune, sur Twitter.

Vos commentaires