En ce moment
 
 

Tuerie à la préfecture de police de Paris: un périple meurtrier de sept minutes

Décrivant les scènes d'une "extrême violence" survenues à la Préfecture de police de Paris jeudi, le procureur antiterroriste français a détaillé samedi le périple meurtrier de l'employé radicalisé qui y a fait quatre morts avant d'être abattu. Voici le déroulé des faits.

Des SMS échangés avec sa femme

Entre 11H21 et 11h50, soit trente minutes avant l'acquisition des couteaux, Mickaël Harpon a échangé avec son épouse 33 SMS au total. Il y tient, selon l'analyse de téléphonie mobile, des "propos à connotation exclusivement religieuse qui se sont terminés par ces deux expressions: +Allah akbar+ puis +suis notre prophète bien-aimé Muhammad, et médite le Coran+". Des messages qui font écho "à deux témoignages recueillis dans le voisinage faisant état de propos similaires tenus au cours de la nuit par l'auteur des faits", selon le procureur antiterroriste.

Peu après midi, l'achat des couteaux

Mickaël Harpon est ressorti peu après midi de la préfecture de police.

"Il a acheté à 12H24 deux couteaux, un couteau de cuisine métallique de 33 cm muni d'une lame de 20 cm et un couteau à huître. En sortant, "il a entrepris un détour au cours duquel il a dissimulé sur lui les couteaux".

Sur les images de vidéosurveillance de cette séquence visionnées par les enquêteurs, "son comportement ne trahit aucune fébrilité", a précisé le procureur.

Sept minutes de tuerie

Le "périple meurtrier" de Mickaël Harpon a duré environ "sept minutes, entre son arrivée à son bureau à 12H53 et sa neutralisation à 13H00", a indiqué M. Ricard.

L'assaillant a d'abord tué deux personnes, un major de police âgé de 50 ans et un gardien de la paix de 38 ans, qui se trouvaient dans son bureau et y étaient restées pour déjeuner. Le premier "présente une large plaie à la gorge" tandis que le second a touché "par de multiples coups de couteau dans la région thoraco-abdominale", a détaillé le procureur.

Il s'est ensuite "dirigé vers un autre bureau situé au même étage à l'intérieur duquel il a porté plusieurs coups de couteau à un agent administratif de 37 ans dont deux devaient se révéler mortels".

Puis il "a tenté de pénétrer dans un autre local, heureusement fermé, où se trouvaient trois autres fonctionnaires en train de déjeuner", avant d'emprunter l'escalier menant à la cour de la préfecture. Là, "il a porté plusieurs coups de couteau à une fonctionnaire de police, gardien de la paix âgée de 39 ans, qui devait décéder des suites de ses blessures".

Au rez-de-chaussée, il s'en est pris à une adjointe administrative qui attendait l'ascenseur. Blessée grièvement à la gorge, son pronostic vital n'est cependant plus engagé.

Dans la cour, après avoir "menacé avec son couteau une personne qui tentait en vain de le raisonner", l'agresseur "s'est trouvé ensuite à une douzaine de mètres d'un gardien de la paix stagiaire qui lui a intimé l'ordre de poser son arme". Après plusieurs sommations pour lui demander de se rendre, et voyant l'assaillant courir dans sa direction en pointant son couteau, le gardien de la paix a tiré à deux reprises et l'a abattu.

Vos commentaires