En ce moment
 

Turquie: Erdogan n'exclut pas une coalition au Parlement

(Belga) Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé qu'il n'excluait pas de former une coalition au Parlement si l'alliance dominée par son parti ne remportait pas la majorité lors des élections de dimanche.

"Si l'+Alliance du peuple+ obtient 300 sièges (sur 600, ndlr), la question est résolue. Si elle est en-dessous de 300, nous pourrions chercher à former une coalition", a déclaré le chef de l'Etat turc lors d'une interview à la radio tard mercredi. "Nous verrons dimanche", a-t-il ajouté, sans préciser avec quelle formation politique il envisageait une telle coalition. Le Parti de la Justice et du Développement (AKP, islamo-conservateur) du président Erdogan se présente dimanche au sein d'une alliance avec le Parti d'action nationaliste (MHP, ultranationaliste). Face à eux, l'opposition a formé l'"Alliance de la nation", qui regroupe le Parti républicain du peuple (CHP, social-démocrate), le Bon parti (Iyi Parti, droite nationaliste) et le Parti de la Félicité (Saadet, conservateur). Trois partis se présentent seuls, le Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde), très fermement anti-Erdogan, et deux formations qui ont peu de chances de franchir le seuil de 10% des voix nécessaire pour entrer au Parlement: Hüda-Par (islamiste kurde), et le Parti patriotique (VP, gauche). Dimanche, les Turcs voteront à la fois pour des législatives et pour une élection présidentielle au cours de laquelle M. Erdogan brigue un mandat aux pouvoirs nettement renforcés par une révision constitutionnelle adoptée en avril 2017. La course s'annonce plus serrée que ne l'avait envisagé le président turc, certains analystes estimant qu'il pourrait non seulement être contraint à un second tour lors de la présidentielle, mais aussi perdre sa majorité au Parlement. (Belga)

Vos commentaires