En ce moment
 
 

Un détenu s'évade de la prison de Fresnes malgré les tirs d'un surveillant

Un détenu s'évade de la prison de Fresnes malgré les tirs d'un surveillant
Un surveillant de prison à Fresnes, le 20 septembre 2016PATRICK KOVARIK

Un détenu s'est évadé dimanche après-midi de la prison de Fresnes (Val-de-Marne), malgré les tirs de surveillants qui ont tenté de l'empêcher de s'enfuir, a-t-on appris auprès de l'administration pénitentiaire.

"Les surveillants postés aux miradors, qui étaient tous tenus ce jour, ont procédé aux sommations réglementaires puis à plusieurs tirs ; le détenu est néanmoins parvenu à franchir le mur d'enceinte" vers 16H30, a indiqué le ministère de la Justice dans un communiqué.

Le détenu "se serait blessé à cette occasion", ajoute-t-on, précisant que des recherches ont été entreprises "sans délais".

L'homme, qui se trouvait dans une cour de promenade, a utilisé un drap auquel il a accroché un morceau de bois pour faire office de grappin et ainsi franchir les murs de la prison, a indiqué une source du syndicat SNP-FO.

Le fugitif de 29 ans était classé DPS, pour détenu particulièrement surveillé, après s'être déjà enfui pendant son procès au tribunal correctionnel de Créteil en décembre 2016, selon une source proche du dossier. Ce jour-là, il avait été condamné à 8 ans de prison pour vol avec effraction, extorsion avec violence et escroquerie.

Rattrapé en mars 2017, il a été ensuite condamné à 3 ans et 6 mois de prison pour cette évasion ainsi que pour une autre tentative d'évasion depuis le dépôt du même tribunal.

Libérable en 2026, cet homme était par ailleurs soupçonné dans une autre affaire: il devait prochainement comparaître pour extorsion, vol et recel en bande organisée, selon la même source.

Cet événement démontre l'"urgence" de la restructuration de l'établissement pénitentiaire de Fresnes, qui est "actée", a réagi auprès de l'AFP Frédéric Godet de l'UFAP-UNSA, qui a souligné le "professionnalisme des agents" dimanche après-midi.

En août, une enquête avait été ouverte après le survol par deux drones de cette prison, l'une des plus grandes de France, qui compte quelque 2.500 détenus.

En juillet dernier, le braqueur récidiviste Redoine Faïd s'était évadé de la prison de Réau (Seine-et-Marne), lors d'une opération spectaculaire au cours de laquelle un hélicoptère s'était posé dans la cour d'honneur.

Après trois mois de cavale, Faïd avait été arrêté le 3 octobre 2018 dans un appartement de Creil (Oise).

Son évasion avait suscité une polémique sur la sécurité dans les prisons et entraîné une réorganisation des services de l'administration pénitentiaire, jugée "insuffisamment réactive" lors de cet épisode.

Vos commentaires