En ce moment
 
 

Un enfant de 12 ans gravement blessé après avoir participé à un "défi du feu" aux USA: il s'est aspergé de dissolvant avant de bouter le feu

Un enfant de 12 ans gravement blessé après avoir participé à un
© WDIV-TV

A savoir


Accompagné d'un ami, Jason a tenté de s'enflammer une partie du corps tout en se filmant.

S'asperger de liquide inflammable avant de bouter le feu à une partie de son corps. Tel est le nouveau défi que se lancent désormais de jeunes adolescents sur les réseaux sociaux. 

À Dearborn Heights (dans le Michigan), Jason, un enfant de 12 ans a été gravement brûlé après avoir tenté de participer à ce challenge. "Mon fils a été brûlé au deuxième degré et cela aurait pu être bien pire", rapporte la mère de l'adolescent dans une interview donnée à un média local et repérée par La Voix du Nord. 

Accompagné d'un ami, Jason a tenté de s'enflammer une partie du corps tout en se filmant. Mais la première fois, le feu est trop petit. Pour attiser les flammes, les adolescents décident donc d'utiliser du dissolvant pour vernis à ongles. Brûlé au deuxième degré, Jason souffre. Sa mère le découvre en pleurs dans le jardin de la maison. Elle le conduit alors immédiatement à l'hôpital.


Youtube veut lutter contre ce genre de challenges filmés

"Je veux juste que tout le monde sache que ces défis, ou ce qu’ils regardent sur YouTube, ne valent pas la peine de risquer votre vie", a déclaré la mère du petit garçon. 

En janvier dernier, Youtube avait annoncé vouloir lutter plus efficacement contre les vidéos de défis dangereux. Si le site possédé par Google interdit déjà "les contenus incitant à la violence et à des activités dangereuses", ce qui comprend ce type de farces ou de "challenges", YouTube a décidé de leur accorder désormais une section spécifique dans ses règles d'utilisation alors que ce type de vidéos fait florès sur internet depuis déjà plusieurs années, via YouTube ou Facebook.

Comme d'autres réseaux sociaux et plateformes internet, YouTube tente de montrer qu'il lutte au mieux contre les contenus problématiques.

Vos commentaires