En ce moment
 
 

Un groupe néerlandais annule un concert en soutien à des artistes libanais censurés

Un groupe néerlandais annule un concert en soutien à des artistes libanais censurés
Les musiciens du groupe libanais Meshrou' Leila à New York le 1er novembre 2017Angela WEISS

Le groupe néerlandais de metal symphonique "Within Temptation" a annoncé dimanche annuler un concert dans un festival au Liban par "solidarité" avec un groupe de rock libanais dont la performance a été déprogrammée après de virulentes critiques de groupes chrétiens.

Mardi, les organisateurs du festival international de Byblos, une station balnéaire au nord de la capitale Beyrouth, ont affirmé être "contraints" d'annuler le concert du groupe de rock alternatif Mashrou' Leila "pour éviter une effusion de sang".

Avec un chanteur ouvertement gay et des textes engagés disséquant des questions sociales et abordant les problématiques LGBT, le groupe Mashrou' Leila, formé en 2008 par des étudiants de l'Université américaine de Beyrouth, a été accusé d'avoir porté atteinte à la sacralité de symboles chrétiens.

Le groupe néerlandais, qui devait se produire mercredi à Byblos, a déploré dimanche sur sa page Facebook les "menaces violentes" proférées par "des fanatiques religieux" à l'encontre de Mashrou' Leila.

"Nous avons décidé d'annuler notre spectacle à Byblos en solidarité avec Mashrou' Leila et en guise de soutien à la tolérance, la liberté de parole et d'expression", a souligné le groupe dans un communiqué.

Le Centre catholique d'information, une institution religieuse qui collabore avec les autorités en matière de censure artistique et culturelle, avait été une des voix réclamant l'annulation du concert de Mashrou' Leila.

"Within temptation" a noté que les "autorités libanaises ne sont pas en capacité d'assurer la sécurité pour que les artistes puissent se produire en paix".

Dimanche, le directeur artistique du festival de Byblos, Naji Baz, s'est dit attristé par la décision des artistes néerlandais, affirmant toutefois ne pas regretter avoir annulé le concert de Mashrou' Leila.

"La sécurité de nos artistes et de nos spectateurs est notre priorité absolue", a-t-il affirmé à l'AFP.

"Nous n'avons jamais annulé aucune performance dans le cadre de notre festival, même dans les pires moments (…) Si nous l'avons fait cette fois, certes la rage au coeur, c'est par nécessité absolue", a-t-il insisté.

A l'origine de la controverse autour de Mashrou' Leila, un article partagé sur Facebook par le leader du groupe, Hamed Sinno, illustré par un photo-montage où le visage de la Vierge Marie a été remplacé par celui de la star américaine Madonna.

Mais aussi deux chansons, "Idols" et "Djin", offensant selon l'Eglise les "valeurs religieuses et humaines".

Mosaïque de dix-huit communautés religieuses, le Liban est l'un des pays les plus libéraux du Moyen-Orient. Mais les institutions religieuses continuent d'exercer une influence majeure sur les affaires sociales et culturelles.

L'annulation du concert de Mashrou' Leila "est un pas en arrière pour le Liban", avait déploré mardi l'ONG Human Rights Watch (HRW).

Vos commentaires