Un homme armé d'un couteau fait un carnage dans la fête d'anniversaire d'une enfant de 3 ans: un récidiviste qui voulait "se venger"

Un homme armé d'un couteau fait un carnage dans la fête d'anniversaire d'une enfant de 3 ans: un récidiviste qui voulait

Un homme a attaqué et a blessé neuf personnes, dont six enfants, à l'arme blanche lors de la fête d'anniversaire d'une enfant dans l'Idaho (nord-ouest des États-Unis), la police soupçonnant l'homme d'avoir voulu se venger d'autres habitants de la résidence.

L'attaque s'est passée dans la soirée de samedi, dans une résidence à loyers modérés abritant de nombreuses familles de réfugiés, notamment de Syrie, d'Irak et d'Ethiopie.

Le suspect, un Américain noir de 30 ans de Los Angeles, Timmy Kinner, semble avoir ciblé ses victimes car elles habitaient à proximité de l'appartement où il avait été hébergé quelques jours par une connaissance, a expliqué le chef de la police de la ville de Boise, Bill Bones. "L'enquête semble indiquer que c'est lié à l'endroit où ils vivent, et non à leur connaissance éventuelle du suspect", a déclaré le policier lors d'une conférence de presse dimanche. "Cette attaque était dirigée contre les plus vulnérables d'entre nous, nos enfants", a ajouté Bill Bones.

Les enfants frappés par M. Kinner participaient à la fête d'anniversaire d'une petite fille de trois ans. Ils avaient trois, quatre, six, huit et douze ans.

Quatre des neufs blessés l'ont été grièvement, sans qu'on sache si ce sont des enfants ou des adultes.

M. Kinner a vite été arrêté par la police peu après son crime samedi soir, et inculpé de quinze chefs. Il a un casier judiciaire lourd et a fait de la prison dans le Kentucky, selon le chef de la police. Le suspect avait été hébergé par un habitant de la résidence, qui lui avait demandé de quitter les lieux vendredi.

Il est revenu pour "se venger", a dit le policier, et a choisi les "cibles disponibles", les personnes de l'appartement où il avait été hébergé n'étant pas présentes.

Une vidéo Youtube a été intégrée à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires