En ce moment
 

Un journaliste belge surpris par ce qu'il voit en Corée du Nord: "C'est incroyable, ils plantent des petits bouts de pelouse!"

Un journaliste belge surpris par ce qu'il voit en Corée du Nord:

Kim Jong Un vient d'annoncer qu'il interrompt les essais nucléaires de son pays. Surpris, de nombreux pays saluent cette décision. Mais au fait, comment vivent les habitants de Corée du Nord? Un journaliste belge, de la chaîne flamande VTM, s'est rendu dans le pays. Très encadré, il a pu légèrement entrevoir la vie sur place.

Notre confrère Robin Ramaekers s'est rendu à Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord. Dans les rues, il a systématiquement été bercé par une musique: elle est "offerte" par le pouvoir et diffusée toute la journée.

Débarquer ici, c'est un peu débarquer sur une autre planète, comme l'explique le journaliste de VTM. Une planète à laquelle chacun contribue un peu. Depuis le bus dans lequel il a circulé, Robin Ramaekers a observé une scène qui l'a surpris. "Un peu partout sur le parcours, on peut voir des centaines de gens planter de l'herbe. D'après notre accompagnateur, c'est une sorte de travail d'intérêt général que les gens font volontairement. C'est incroyable, ils plantent des petits bouts de pelouse sur près d'une dizaine de kilomètres", confie le journaliste.


Interroger un passant sur la hausse des prix? Interdit

Comment la Corée du Nord réagit-elle à douze années de sanctions de la part des États-Unis, de l'ONU et de la Chine. Lorsque le journaliste flamand a demandé à un passant ce qu'il pensait de l'augmentation des prix dû à cet embargo, la conversation a été interrompue. "Avez-vous remarqué que les prix sont en hausse? Que pensez-vous des sanctions?", a demandé le reporter. "Les prix ne sont pas un problème, le problème c'est…", avait commencé à répondre l'homme, avant d'être interrompu. "Stop, stop! On arrête ici", a calmement lancé un accompagnateur, tout en se plaçant devant la caméra.

Peu après, le journaliste fait le point en face caméra. "Il y avait toujours deux personnes à nos côtés, pour vérifier ce qu'on faisait, pour vérifier si on ne posait pas de questions qui étaient hors limite. On ne pouvait pas parler de la politique", indique Robin Ramaekers.


Des supermarchés de luxe pour les classes aisées

Le journaliste a ensuite été emmené dans un supermarché de luxe. Les étagères y sont bien remplies: poissons, alcools, chips… le tout à des prix similaires à ceux en Europe. Or, le salaire moyen en Corée du Nord est d'environ 100 euros par mois. Les sanctions ne semblent donc pas toucher ceux qui sont près du pouvoir, et qui ont les moyens.

Vos commentaires