En ce moment
 
 

Un million de Ouïghours enfermés en Chine: Ecolo veut voter une résolution, le PTB continue de s’abstenir (vidéo)

 
 

Les Ouïghours sont un peuple turcophone de religion musulmane en Chine dans la province de Xinjiang. Des milliers de Ouïghours seraient enfermés dans des centres de détention, officiellement pour « enlever leurs idées terroristes ou séparatistes ». On évoque aussi des stérilisations forcées. Pour protester contre cela, le député fédéral Ecolo, Samuel Cogolati, a demandé au Parlement belge que notre pays reconnaisse "le génocide contre les Ouïghours".

La situation des Ouïghours devient plus que préoccupantes en Chine dans la province de Xinjiang. Selon un rapport de l’ONU, un million d’entre eux sont détenus dans des camps de rééducation. Le député fédéral Ecolo, Samuel Cogolati, veut que la Belgique reconnaisse cela comme génocide. Il propose une résolution dans ce sens.

"Nous avons des rapports officiels ces séparations forcées d’enfants à leurs parents ouïghours pour être rééduqués à la chinoise, explique le député Ecolo dans C’est pas tous les jours dimanche. Des témoignages de nombreuses femmes qui nous disent avoir fait l’objet de stérilisation forcée, d’avortement forcé. Je pense qu’il est grave aujourd’hui d’encore fermer les yeux."

Le PTB s'abstient

Mais, le PTB s’abstient jusqu’ici lors des votes en commission. Pour le parti d’inspiration communiste, la vision occidentale de la situation au Xinjiang est tronquée. Et il craint les risques d’une nouvelle guerre froide.

Sur le plateau de "C’est pas tous les jours dimanche", Philippe Hensmans, directeur d’Amnesty International Belgique était présent avec Samuel Cogolati. De l’autre côté de la table, Nabil Boukili, député fédéral PTB et Emmanuel Wathelet, professeur en Education aux Médias, préconisent la prudence face à une action contre la Chine.

Amnesty International demande une mission des Nations Unies

Pour Philippe Hensmans, les témoignages sont nombreux, les photos satellites des camps Ouïghours le sont aussi : "Le gouvernement chinois refusait au départ de reconnaître qu’il y avait des camps d’internement. Aujourd’hui, il le reconnaît."

Face à l’argument de rééducation de la population Ouïghours, le directeur d’Amnesty International Belgique répond : "En Belgique, si on devait vous « rééduquer », vous accepteriez d’y aller sans être inculpé, sans avoir droit à un avocat, sans avoir droit à un jugement ? Or, c’est la situation aujourd’hui."

Pourtant, le PTB reste sur ses positions et souhaite s’abstenir lors du vote au Parlement : "Je m’abstiens sur cette résolution. J’appelle à la prudence parce qu’on voit les dégâts que ça a fait par le passé. On sait que dans le contexte d’une guerre froide entre les Américains et les Chinois, regardez ce que ça a fait en Irak, en Libye."


 




 

Vos commentaires