En ce moment
 
 

On le surnomme "Robocop": voici le nouveau président de la Tunisie

On le surnomme
© AFP

Les Tunisiens se sont déplacés en plus grand nombre dimanche pour élire leur président, pour la deuxième fois depuis la révolution, afin de départager deux candidats atypiques: un homme d'affaires et un juriste, au terme d'une séquence électorale majeure pour la jeune démocratie. "Berlusconi" ou "Robocop", comme l'ont résumé de nombreux médias.


Le juriste en tête

C'est finalement le constitutionnaliste Kais Saied qui a remporté la présidentielle tunisienne avec 76,9% des voix, a annoncé la chaîne publique Wataniya, selon un sondage sortie des urnes qui confirme les résultats divulgués un peu plus tôt par un autre institut.

Selon le sondage de Sigma Conseil diffusé par la Wataniya, M. Saied, 61 ans, devance de plus de 50 points son adversaire Nabil Karoui, homme d'affaires poursuivi pour fraude fiscale, qui a obtenu 23,11% des voix. La publication de ce sondage a déclenché des cris de joie parmi les partisans de Kais Saied, rassemblés dans un hôtel de Tunis, selon une journaliste de l'AFP.


Qui est Kais Saied?

Universitaire devenu commentateur politique, le nouveau président tunisien Kais Saied est une énigme: quasi inclassable sur l'échiquier politique, cet homme de 61 ans à la diction mécanique est un austère qui prône un strict respect des lois et une révolution par le droit.

Né le 22 février 1958 dans une famille originaire de Beni Khiar sur la côte est, fils d'un fonctionnaire de la municipalité et d'une mère éduquée mais restée au foyer, il grandit à Radès, banlieue de la classe moyenne dans le sud de Tunis. Il a fait toutes ses études dans l'enseignement public tunisien.
 
Farouchement anti-israélien, il a cependant souligné sa fierté que son père ait, à ses dires, protégé des nazis la jeune juive tunisoise Gisèle Halimi, devenue depuis célèbre avocate féministe.

Il est diplômé d'un prestigieux établissement public, le Collège Sadiki, comme de nombreux présidents avant lui: le père de l'indépendance Habib Bourguiba, le président Moncef Marzouki (2011-2014) et le premier président élu au suffrage universel en 2014, feu Béji Caïd Essebsi.

Diplômé à 28 ans à l'académie internationale de Droit constitutionnel de Tunis, il a été enseignant assistant à Sousse (centre-est), où il a brièvement dirigé un département de droit public. De 1999 jusqu'en 2018, il enseigne à la Faculté des sciences juridiques et politique de Tunis.

Spécialiste du droit constitutionnel, il a pris sa retraite il y a un an de l'université publique.

Certains de ses partisans le nomment toujours respectueusement "professeur", même si l'homme n'a publié que peu d'ouvrages et n'a pas de doctorat.


"Robocop"

Père de deux filles et un garçon, il est marié à une juge, qui n'est apparue à ses côtés qu'aux derniers jours de la campagne.

Surnommé "Robocop" en raison de sa diction saccadée et de son visage impassible, il est décrit par plusieurs étudiants comme un enseignant dévoué, attentionné derrière son apparente rigidité.

"Il pouvait passer des heures en dehors des cours à expliquer tel point ou à faire comprendre la note d'un examen", témoigne sur Twitter l'un d'eux. C'était un "professeur sérieux, parfois théâtral, mais toujours disponible et à l'écoute", abonde un journaliste tunisien ayant suivi ses cours entre septembre 2011 et juin 2012, Nessim Ben Gharbia.

Il connaissait aussi les employés subalternes de son université par leur prénom, prenant des nouvelles d'un parent malade ou d'un enfant, se souvient un journaliste de l'AFP qui l'a interviewé en 2014.

Dans son noyau de supporteurs se trouvent de nombreux anciens étudiants. Mais aussi des idéalistes, rencontrés en 2011 au sit-in de Kasbah 1, mouvement de jeunes et de militants déterminés à réorienter la transition démocratique qui s'amorçait après le départ de Zine el Abidine Ben Ali.


Commentateur à la télévision

Le grand public connaît surtout Kais Saied pour l'avoir entendu commenter savamment, sur les plateaux des principales chaînes de télévision, les premiers pas de la démocratie tunisienne, durant la rédaction de la Constitution adoptée en 2014.

Les débats ont fleuri ces dernières semaines pour mieux cerner les convictions de ce personnage austère, jusque-là mal connues même des commentateurs politiques.

Accusé d'être intégriste ou gauchiste, il est décrit comme inflexible sur ses principes.


Monsieur propre

De nombreuses vidéos sont ressorties depuis sa qualification au second tour, montrant un homme d'une placidité à toute épreuve, portant depuis 2011 la même vision d'une décentralisation radicale du pouvoir.

Ce néophyte en politique a percé dans les sondages au printemps, porté par un ras-le-bol de la classe politique.

Considéré comme irréprochablement "propre", il habite un quartier de la classe moyenne, et son QG est installé dans un appartement décrépit du centre-ville, où l'on fume assis sur des chaises en plastique.

Ses positions conservatrices sur le plan sociétal, qu'il est loin d'être le seul à avoir dans la classe politique, lui ont valu des accusations d'intégrisme. Mais son discours politique n'est pas appuyé sur des références religieuses.

Son allure assurée et son éloquence savante l'ont placé en bonne posture lors du face-à-face télévisé avec son rival Nabil Karoui vendredi.

S'il est élu, son premier défi sera d'élargir le cercle restreint de ses collaborateurs, actuellement composé d'une poignée de partisans passionnés mais sans expérience du pouvoir, revendiquant une organisation horizontale.

Son frère Naoufel a été un pilier de sa campagne, mais Kais Saied a assuré lors d'un débat télévisé vendredi qu'il n'embaucherait "jamais" un membre de sa famille.

Vos commentaires