En ce moment
 
 

Un protocole de sécurité HORS DU COMMUN pour la venue de Joe Biden en Belgique

 
Joe Biden
 

La délégation américaine regroupe entre 700 et 1000 personnes, les forces de sécurité sont très nombreuses... Le président américain est escorté, encadré par des membres de forces spéciales, visibles ou moins visibles.

Les Américains ne badinent pas avec la sécurité de leur président. Plusieurs heures avant l'arrivée de Joe Biden, le tarmac de l'aéroport militaire de Melsbroek est déjà sous haute surveillance.

Des tireurs d'élite lourdement armés sont postés en hauteur. Ils sont au nombre de six à être visibles, du moins. Des membres des forces spéciales se chargent de la sécurité en amont sur le tarmac. Des chiens renifleurs passent au crible tous les véhicules qui ont déjà préalablement été inspectés pour détecter d'éventuels engins explosifs.

Quelques minutes avant l'atterrissage de l'Air Force One, un premier Boeing 757 de réserve se pose au cas où l'avion présidentiel aurait un problème technique.

Lorsque l'avion arrive enfin, l'instant est chronométré. Par mesure de sécurité, Joe Biden ne doit rester sur le tarmac que 66 secondes mais le courant est visiblement bien passé entre le chef d'Etat américain et notre Premier ministre puisque Joe Biden a finalement discuté durant 130 secondes avec la délégation belge avant de prendre place dans la limousine présidentielle.

Pour immortaliser ses 130 secondes, la presse a été enjointe de se présenter à la base aérienne pas moins de six heures plus tôt. Avec au menu, vérification des identités à trois reprises. Inspections du matériel maintes et maintes fois, mais surtout de très longues heures d'attente.

 




 

Vos commentaires