Un tsunami a frappé en 1076 le sud de la Chine, aujourd'hui densément peuplé

Un tsunami a frappé en 1076 le sud de la Chine, aujourd'hui densément peuplé
Un tsunami majeur a frappé en 1076 la côte méridionale de la Chine, aujourd'hui densément peuplée, selon des chercheursSTR

Un tsunami majeur a frappé la côte méridionale de la Chine en 1076, ont annoncé des chercheurs chinois, mettant en garde contre les implications de cette étude pour une côte aujourd'hui densément peuplée et dotée de plusieurs centrales nucléaires.

Des preuves scientifiques de plus en plus nombreuses suggèrent qu'un tremblement de terre dans la fosse de Manille a créé un mur d'eau qui a déferlé il y a environ mille ans sur ce qui est maintenant la province chinoise du Guangdong.

Ce tsunami a provoqué un "déclin culturel radical", selon les chercheurs.

Les scientifiques pensent être en mesure de déterminer l'année exacte: 1076. Selon eux, ces données nouvelles devraient inciter à vérifier si cette région est en mesure aujourd'hui de faire face au risque de tsunamis.

"Cette étude confirme le risque de tsunami en mer de Chine méridionale", écrivent les chercheurs de l'Université des sciences et technologies et de East China Normal University dans le numéro de janvier du Chinese Science Bulletin.

"Un tel risque devrait être pris en compte dans la planification et la construction futures de centrales nucléaires, de ports et de réserves de pétrole sur les côtes chinoises", préviennent-ils.

Un certain nombre de centrales nucléaires sont déjà installées sur la côte méridionale de la Chine, notamment à Fuqing et dans la baie de Daya, alors qu'un réacteur devrait démarrer prochainement à Taishan.

Cette région, l'une des plus densément peuplées du monde, compte aussi d'importantes villes côtières comme Hong Kong, Macao, Xiamen et Quanzhou.

La vulnérabilité des centrales nucléaires aux événements sismiques est devenue un sujet d'inquiétude majeur depuis le tremblement de terre suivi d'un tsunami, qui a frappé la centrale japonaise de Fukushima en 2011, provoquant le pire accident nucléaire depuis Tchernobyl.

L’équipe de chercheurs chinois a découvert pour la première fois en 2013 des preuves d’une vague destructrice sur l’île de Dongdao, située au milieu de la mer de Chine méridionale.

Des roches et des coraux avaient été déplacés à 200 mètres du rivage, avaient observé les chercheurs qui ont conclu que seule une force d’eau importante avait pu le faire.

Vos commentaires