Un voyage privé en Iran coûte son poste à un ministre norvégien

Un voyage privé en Iran coûte son poste à un ministre norvégien
La Première ministre norvégienne Erna Solberg (D) et le ministre norvégien de la Pêche Per Sandberg (G) lors d'une conférence de presse conjointe le 13 août 2018 à Oslo. M. Sandberg a démissionné ce Heiko JUNGE

Le ministre norvégien de la Pêche, Per Sandberg, a démissionné lundi après avoir enfreint les règles de sécurité lors d'un voyage privé en Iran avec une ex-reine de beauté d'origine iranienne.

Numéro deux du parti du Progrès (droite anti-immigration), M. Sandberg, 58 ans, a admis s'être rendu en Iran en juillet avec sa nouvelle compagne de 28 ans sans avoir au préalable averti les services du Premier ministre et en emportant son téléphone portable de fonction.

Les services de sécurité norvégiens citent régulièrement l'Iran comme l'un des pays les plus actifs en matière d'espionnage, avec la Chine et la Russie.

"Per a lui-même demandé à partir, et j'estime que c'est une bonne décision", a déclaré la Première ministre conservatrice, Erna Solberg, lors d'une conférence de presse. "Il n'a pas fait preuve du bon sens nécessaire en matière de gestion de la sécurité", a-t-elle dit.

L'affaire agitait les médias norvégiens depuis deux semaines et alimentait les critiques tant dans l'opposition qu'au sein du parti du Progrès, au pouvoir au sein d'une coalition regroupant aussi les conservateurs et les libéraux.

Sous pression, M. Sandberg a présenté des excuses mais il a finalement été rattrapé par les révélations distillées jour après jour. Il est par exemple apparu qu'il avait aussi violé les protocoles de sécurité en emmenant son téléphone professionnel en Chine en mai.

"C'est triste", a-t-il affirmé devant la presse. "J'avais pensé pouvoir boucler certains projets", a-t-il ajouté, sans vouloir commenter à ce stade les aspects privés de l'histoire.

Celle-ci est particulièrement pimentée pour les médias en raison de l'identité de la nouvelle conjointe du désormais ex-ministre.

De 30 ans sa cadette, Bahareh Letnes est une ex-reine de beauté devenue femme d'affaires. Elle avait été déboutée trois fois de sa demande d'asile en Norvège et expulsée avant d'obtenir finalement un permis de séjour au motif qu'elle risquait un mariage forcé en Iran.

Favorable à une politique d'immigration stricte, le parti du Progrès préconise l'expulsion rapide des demandeurs d'asile déboutés et est généralement critique à l'égard des étrangers qui retournent dans leur pays d'origine après avoir décroché des papiers dans le royaume nordique.

Les services de sécurité intérieure ont ouvert une enquête sur Bahareh Letnes, qui nie tout lien avec le régime iranien.

M. Sandberg sera remplacé au gouvernement par Harald Tom Nesvik, membre de la même formation politique. Il a aussi renoncé à la vice-présidence du parti.

Vos commentaires