En ce moment
 
 

Une astronaute accusée par son ex-conjointe d'avoir commis le premier délit dans l'espace

Une astronaute accusée par son ex-conjointe d'avoir commis le premier délit dans l'espace
©Belga

La Nasa enquête sur ce qui pourrait être le premier délit commis dans l'espace, a rapporté le New York Times samedi.

L'astronaute Anne McClain est accusée d'usurpation d'identité et d'accès irrégulier aux dossiers financiers de son ex-épouse depuis la Station spatiale internationale (ISS) où elle se trouvait pour une mission de six mois, selon le quotidien new-yorkais. L'ancienne conjointe d'Anne McClain, Summer Worden, a déposé plainte cette année auprès de la Commission fédérale du commerce (FTC), une agence indépendante, après avoir appris qu'Anne McClain avait accédé à leur compte bancaire conjoint sans sa permission. La famille de Summer Worden a également déposé plainte auprès de l'inspection générale de la Nasa, selon le journal.

Pour l'avocat d'Anne McClain, sa cliente n'a rien fait de mal et a accédé aux comptes bancaires pendant qu'elle se trouvait à bord de l'ISS afin de surveiller le compte conjoint du couple, ce qu'elle faisait au cours de leur relation.

Elle aurait voulu s'assurer que Summer Worden disposait de ressources financières suffisantes pour s'occuper du fils qu'elle avait eu avant leur rencontre. L'astronaute aurait d'ailleurs voulu récupérer sa garde. "Je ne comprends pas sa tactique de m’attaquer", a clamé Summr Worden. "Demander une gestion légale de la garde, je ne peux pas comprendre qui ferait ça à une autre personne. Et surtout si tu aimes ce petit garçon. Tu dois logiquement montrer un peu de respect et de décence envers son père ou sa mère. Et il n’y a eu aucune décence dans ce cas-ci."

Les enquêteurs de l'agence spatiale américaine ont contacté les deux femmes, selon le New York Times. Summer Worden a indiqué que la FTC n'avait pas répondu concernant l'usurpation d'identité, mais un enquêteur spécialisé ainsi que l'inspection générale de la Nasa examinent l'accusation, selon le New York Times.

Vos commentaires