Une djihadiste belge, détenue en Syrie, témoigne pour RTL info: découvrez ce document exceptionnel

  • Détenue en Syrie, une djihadiste belge témoigne

  • Au coeur de Raqqa: témoignage du député Georges Dallemagne

  • Jean-Pierre Martin revient sur son séjour à Raqqa

  • "Il était important d’aller sur les traces de djihadistes belges": Jean-Pierre Martin s''est rendu à Raqqa, découvrez son reportage dans le RTL INFO 19H

  • Rencontre avec une djihadiste belge détenue en Syrie

  • Au coeur de Raqqa: témoignage du député Georges Dallemagne

 

Une fois par an, depuis 2014, lorsque l’offensive de Daesh a débuté, RTL INFO part en reportage en Irak ou en Syrie. Ce dernier reportage, Jean-Pierre Martin et Samuel Lerate le préparent depuis un an. Leur objectif était de rentrer dans les camps où sont détenus les femmes et les enfants de djihadistes.

Dans le RTLinfo 19 heures de ce lundi soir, vous avez pu voir un document exceptionnel. Le témoignage de Mina une djihadiste belge détenue dans un camp au nord-Est de la Syrie. Dans ce camp d’un genre unique, 380 femmes y sont détenues. Parmi elles, 6 femmes belges, dont Mina, et 7 de leurs enfants.

Mina a été capturée avec sa fille de 6 ans lors de l’offensive contre la ville de Raqqa menée par les forces kurdes et la coalition internationale. La djihadiste belge et sa fille de 6 ans apparaissent à visages couverts. Elles craignent les représailles d’autres détenues du camp toujours radicalisées et principalement d’origine française.

Dans ce reportage, Mina aborde l’avenir de sa fille, détenue avec elle: "Il faut qu’elle retourne à l’école et qu’elle ait des repères. Là, je suis en train de l’empêcher de vivre, car je ne peux pas la laisser côtoyer certaines personnes, je ne peux pas la laisser entendre certaines choses. Je dois faire attention tout le temps", explique-t-elle au micro de Jean-Pierre Martin.  

Mina n’a pas conscience d’avoir commis une faute. Nous lui avons posé la question à trois reprises: "Vous êtes prête à affronter la justice?"

"Ce n’est pas ça qui va nous rendre une vie normale. Ce n’est pas un tribunal", répond-elle.

Elle refuse de dire qui l’a endoctrinée en Belgique. Elle a quitté un emploi à l’Université de Bruxelles pour répondre à la propagande de Daesh.

Cet entretien pose à nouveau la question du rapatriement des djihadistes belges partis en Syrie et en Irak gonfler les rangs de l’organisation terroriste État islamique.

Vos commentaires