En ce moment
 
 

Uruguay: l'ex-président "Pepe" Mujica se retire de la vie politique

 
 

(Belga) José "Pepe" Mujica, ex-président de l'Uruguay (2010-2015) et figure de la gauche latino-américaine, a annoncé mardi quitter la vie politique en renonçant à 85 ans à son unique mandat de sénateur.

La pandémie de coronavirus a précipité la décision de l'atypique ancien président, d'abord élu député en 1995, qui souffre d'une maladie immunitaire. "Cette situation m'oblige, avec beaucoup de regret pour ma profonde vocation politique, à vous demander de gérer ma démission", a-t-il déclaré mardi devant le Sénat où il avait été réélu en 2019. "Je pars reconnaissant, avec de nombreux souvenirs et une profonde nostalgie. La pandémie m'a jeté dehors." Ex-guérillero au verbe spontané, sans langue de bois et souvent polémique, il était devenu célèbre dans le monde entier en faisant adopter des mesures progressistes dans le pays latino-américain: avortement, mariage homosexuel ou légalisation du cannabis, une première mondiale en 2013. Refusant les conventions, ce chantre de la frugalité reversait la quasi-totalité de ses revenus à un programme de logement social, s'attirant le surnom de "président le plus pauvre du monde". Ministre de l'Agriculture de 2005 à 2008, il revendiquait ses racines paysannes à tel point qu'il avait proposé d'organiser ses conseils des ministres dans sa petite ferme, où il continuait à cultiver des fleurs. José Mujica est un des fondateurs dans les années 1960 de la guérilla d'extrême-gauche des Tupamaros. Blessé par balles en 1970, il fut emprisonné toute la durée de la dictature en Uruguay (1973-1985). Placé à l'isolement, il fut aussi torturé. Ce mardi, un autre ancien président uruguayen, le centriste Julio Maria Sanguinetti (1985-1990 et 1995-2000) a également présenté, à 84 ans, sa démission devant le Sénat. (Belga)




 

Vos commentaires