En ce moment
 
 

Connor Betts, 24 ans, a ouvert le feu dans l'Ohio aux Etats-Unis: sa sœur figure parmi les victimes

Connor Betts, 24 ans, a ouvert le feu dans l'Ohio aux Etats-Unis: sa sœur figure parmi les victimes

L'auteur de la fusillade de Dayton, qui a fait neuf morts dans la nuit de samedi à dimanche dans cette ville du nord-est des Etats-Unis, était un homme blanc de 24 ans et sa soeur figure parmi les victimes, ont annoncé les autorités locales.

"Le tireur était Connor Betts, homme blanc, 24 ans", a déclaré Matt Carper, responsable de la police de Dayton lors d'une conférence de presse.

Megan Betts, "une femme blanche de 22 ans", figure parmi les victimes, a-t-il poursuivi. Selon lui, "c'est la soeur" du tireur.

Le jeune homme, équipé d'un gilet pare-balles, d'un fusil d'assaut et de nombreuses munitions, a ouvert le feu dans un quartier animé de Dayton vers 01H00 du matin.

Il a fait neuf morts et 27 blessés en moins d'une minute avant d'être abattu par des policiers qui patrouillaient dans la zone.


Une enquête auprès de son entourage

La police a lancé une enquête auprès de son entourage et sur les réseaux sociaux pour tenter de déterminer les motifs de son acte, mais s'est refusé à "spéculer" avant d'en savoir plus.

Sa soeur est la plus jeune des personnes tuées, selon Matt Carper qui a nommé les huit autres victimes: trois femmes noires, trois hommes noirs et deux hommes blancs, âgés de 25 à 57 ans.

Elles sont toutes tombées dans la rue ou sur le trottoir.

Cette tragédie est intervenue treize heures après une autre fusillade sanglante, samedi matin dans un centre commercial bondé d'El Paso, à la frontière avec le Mexique.

Le tireur, également un homme blanc, âgé cette fois de 21 ans, a tué 20 personnes, dont trois Mexicains, et fait 26 blessés avant de se rendre aux forces de l'ordre. Il a été placé en garde à vue et les autorités ont l'intention de requérir la peine de mort contre lui.

Les policiers soupçonnent dans son cas une motivation raciste. Un manifeste, qui lui est attribué, circule sur internet. Son auteur dénonce une "invasion hispanique du Texas".

Un tweet a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires