USA: le Missouri devient le premier Etat à définir ce qu'est la viande

USA: le Missouri devient le premier Etat à définir ce qu'est la viande
Des hamburgers bios préparés sur un marché fermier de Washington le 15 août 2013Paul J. RICHARDS

Ceci est bien une viande: le Missouri est devenu mardi le premier des 50 Etats américains à définir officiellement la viande comme un aliment issu des animaux, empêchant les produits d'origine végétale d'utiliser cette appellation, pour le plus grand plaisir des éleveurs.

Fini donc les "steaks" au tofu ou les "saucisses" végétariennes. Les producteurs ne peuvent dorénavant plus commercialiser des substituts de viande d'origine végétale avec des termes habituellement réservés à la viande.

Le projet de loi, approuvé en mai, a été soutenu par l'industrie du boeuf, puissante dans cet Etat rural du centre du pays.

"Il s'agit de protéger l'intégrité des produits que les familles dans les fermes et les ranchs travaillent dur pour élever, à travers le pays, chaque jour", a expliqué une association d'éleveurs du Missouri dans un communiqué, espérant voir d'autres Etats suivre cet exemple.

The Good Food Institute, une association qui promeut pour sa part les produits alternatifs à la viande conventionnelle, avait exprimé son mécontentement en portant plainte devant un tribunal fédéral lundi.

Le débat autour de la labellisation de la viande prend de l'importance aux Etats-Unis, où l'Association des éleveurs bovins américains (USCA) a déposé auprès du ministère de l'Agriculture une pétition réclamant que le mot "viande" soit réservé à la chair d'un animal né, élevé et abattu de façon traditionnelle.

"On a commencé à voir arriver dans les rayons viande des supermarchés des produits dont l'emballage et la présentation peuvent faire croire aux consommateurs qu'il s'agit d'une version plus saine de la viande traditionnelle, ou même de viande pure et simple", avait argué Lia Biondo, de l'USCA. "On essaie de prendre les devants".

En France, les députés ont adopté en avril un amendement visant à "interdire certaines pratiques commerciales trompeuses pour le consommateur".

Le texte vise notamment les produits "qui associent des termes comme +steak+, +filet+, +bacon+, +saucisse+, à des produits qui ne sont pas uniquement, ou pas du tout, composés de viande".

Vos commentaires