Venezuela: 16.900 militaires promus pour leur "loyauté" à Maduro

Venezuela: 16.900 militaires promus pour leur
Le ministre vénézuélien de la Défense, Vladimir Padrino Lopez (D), lors d'une cérémonie à Caracas, le 15 mai 2018Luis ROBAYO

Le gouvernement vénézuélien a promu lundi 16.900 militaires en reconnaissance pour leur "loyauté" au président socialiste Nicolas Maduro, qui a dénoncé plusieurs complots contre lui au sein de l'armée, son traditionnel soutien.

"Nous avons évalué la loyauté que chaque homme et chaque femme a mise dans ses mains, ses pensées, sa façon d'agir, dans chaque tâche réalisée à son grade", a déclaré le ministre de la Défense, le général Vladimir Padrino, lors d'une cérémonie.

Le président Maduro a multiplié ces derniers mois les appels à l'armée à "serrer les rangs contre la trahison", dénonçant des plans pour diviser les militaires et provoquer sa chute alors que le pays pétrolier est plongé dans une grave crise politique et économique.

Le 24 mai dernier, quatre jours après sa réélection, contestée par une grande partie de la communauté internationale, le chef d’État avait annoncé l'arrestation d'un groupe de militaires accusés de conspirer contre le scrutin.

Selon Alfonso Medina, l'un des avocats de la défense dans cette affaire, huit militaires - dont deux généraux - et un civil ont été inculpés par un tribunal militaire pour trahison envers la patrie, appel à la rébellion et mutinerie.

L'ONG Foro Penal, qui défend des opposants accusés de délits politiques, a annoncé également le 20 juin que cinq militaires et trois civils avaient été condamnés à des peine de trois à six ans de prison, pour avoir participé à un complot putschiste dénoncé par le président Maduro en 2015.

Le général Padrino a précisé qu'au moment de choisir les militaires méritant d'être promus, il a été tenu compte de leur "rôle" dans la "stabilité institutionnelle du pays et la préservation de la démocratie et de la paix" lors de la vague de manifestations exigeant le départ du chef de l’État, qui ont fait 125 morts en 2017.

Autre critère des promotions attribuées: le "respect des droits de l'homme", a assuré le ministre de la Défense, alors que la violence de la répression a été dénoncée par plusieurs organismes internationaux.

Vos commentaires