En ce moment
 
 

Venezuela: les armes ne stopperont pas "les idéaux de liberté", selon Guaido

Le leader de l'opposition vénézuélienne Juan Guaido a poursuivi vendredi sa tournée internationale au Paraguay, où il a affirmé que les idéaux de "liberté et de démocratie" ne pourraient pas être stoppés par les armes.

Vendredi, le dirigeant vénézuélien devait également se rendre à Buenos Aires pour recevoir des encouragements du président argentin Mauricio Macri, après des visites ces derniers jours en Colombie et au Brésil.

"Seule la confiscation de quelques armes empêche la pleine liberté et la démocratie. Ce n'est pas suffisant pour contenir les idéaux de liberté, de démocratie", a déclaré Juan Guaido lors d'une intervention en compagnie du président paraguayen Mario Abdo Benitez.

"Le Venezuela a commencé une transition, bloquée par la peur et les armes (...) Il y a un processus très clair de transition vers la démocratie, inarrêtable".

A Asuncion, Guaido a reçu les honneurs dus à un chef d'Etat, avant de rencontrer le président paraguayen Mario Abdo Benitez, qui l'a reconnu comme président du Venezuela, comme plus de 50 pays.

"Vous êtes l'espérance de tout un peuple, la cause du Venezuela est une cause juste, vous êtes ici dans un pays ami", a lancé à Guaido le président paraguayen, qui a qualifié de "tyran" le président vénézuélien Nicolas Maduro.

En posant le pied à Asuncion, Guaido avait remercié "le Paraguay pour son soutien".

Guaido est arrivé au Paraguay en provenance de Brasilia, où il a reçu le soutien du président du Brésil Jair Bolsonaro.

A Brasilia, il a assuré qu'il retournerait au plus tard dans trois jours dans son pays, qu'il a quitté malgré une interdiction de sortie du territoire.

"J'ai reçu des menaces personnelles, contre ma famille, mais je suis également menacé d'être incarcéré par le régime. Mais cela ne va pas m'empêcher de retourner au Venezuela, au plus tard lundi", a-t-il dit à TV Globo avant de s'envoler pour le Paraguay.

Vos commentaires