En ce moment
 

Vladimir Poutine inaugure un pont qui relie la Russie à la Crimée au volant d'un camion: "Un jour exceptionnel"

Vladimir Poutine inaugure un pont qui relie la Russie à la Crimée au volant d'un camion:

Un chantier colossal et un lien hautement symbolique: le président russe Vladimir Poutine inaugure mardi un gigantesque pont reliant la Crimée à la Russie qui vise à réduire l'isolement de la péninsule annexée par Moscou en 2014.

Long de 19 kilomètres, le "Pont de Crimée" traverse le détroit de Kertch, un bras de mer entre la mer d'Azov et la mer Noire, et relie la péninsule de Kertch, en Crimée, à la péninsule de Taman, dans le sud de la Russie. Vladimir Poutine a inauguré la partie routière à quatre voies de ce pont, qui comprendra plus tard également un tronçon ferroviaire à deux voies. "C'est un jour exceptionnel d'un point de vue symbolique", a souligné mardi le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, lors d'une conférence de presse, rappelant que M. Poutine "a initié la construction" de ce pont.

Lancé en février 2016, ce chantier titanesque avait été confié par l'Etat russe à la société du milliardaire Arkadi Rotenberg, partenaire de judo du président Vladimir Poutine. Selon un décret publié sur le site du gouvernement, Stroïgazmontaj devait livrer le pont avant décembre 2018, pour un coût plafonné à 228,3 milliards de roubles (2,9 milliards d'euros à l'époque). Mais lors d'une visite en mars, quelques jours avant sa réélection à la présidence, M. Poutine a exigé que le pont soit prêt dès mai "pour que les gens puissent en profiter pendant la saison estivale".

Les voitures et autobus devraient accéder au pont dès le 16 mai, a indiqué le Kremlin. Les trains devront attendre fin 2019 pour traverser le détroit de Kertch. Le pont, qui passe par l'île de Touzla, aura une hauteur de 35 mètres au niveau de son arche centrale.

Les voitures seront autorisées à y rouler jusqu'à 120 km/h, si la circulation n'est pas ralentie en raison des conditions climatiques, selon l'agence de presse russe RIA Novosti.

Vos commentaires