En ce moment
 
 

Votre chien est-il capable de détecter le cancer?

 
 

Selon une étude allemande, les chiens pourraient être capables par un simple mouvement de nez de détecter les cancers du poumon. Entrainés dans ce but, ils sentiraient juste dans 71% des cas, explique l’European Respiratory Journal.

Selon une étude allemande, les chiens pourraient être capables de détecter les cancers. Alors qu'une hypothèse semblable avait déjà été avancée en 1989, des études plus approfondies l'avaient certifié par la suite concernant notamment les cancers de la peau, de la poitrine, de la vessie et des intestins. Quid du cancer du poumon?

Des chiens qui ont du flair

Les scientifiques à l'origine de cette étude ont souhaité prouver ce que beaucoup soupçonnaient déjà: les tumeurs cancéreuses du poumon seraient porteuses de particules chimiques odorantes détectables par les chiens, dont l'incroyable odorat a déjà fait ses preuves. Ils ont donc entrainé quatre chiens à utiliser leur flair pour détecter ces "odeurs de cancer".

71% effectivement détectés

Deux bergers allemands, un berger australien et un labrador ont tenté, pour la science, de repérer les poumons cancéreux dans un échantillon test de plus de 200 personnes.

Trois groupes de patients ont été testés: 110 en bonne santé, 60 atteints d’un cancer des poumons et 50 atteints de bronchites chroniques. Ceux-ci ont tour à tour soufflé dans un tube contenant de la laine, laquelle absorbe les odeurs de façon optimale. Les animaux les ont ensuite reniflés, avant de s’asseoir devant les fioles qu'ils jugaient porteurs de la maladie.

Résultat stupéfiant, 71% des repérages étaient corrects, montrant que les animaux n’étaient par exemple pas perturbés par la présence d’autres maladies du poumon, ni même de l'odeur du tabac ou les bronchites y étant liées.

La cancer a une odeur

"Dans l’haleine des patients atteints d’un cancer du poumon, il semble y avoir différentes molécules que dans une haleine saine, et le sens de l’odorat aiguisé des chiens peut détecter cette différence à un stade précoce de la maladie", a déclaré le Dr Thorsten Walles, l’un des chercheurs et auteur du rapport du Schillerhoehe Hospital, pour la BBC.

Cette étude prouve donc, selon les chercheurs, la présence d’un marqueur odorant propre au cancer du poumon. Les chiens ne pouvant devenir des assistants en médecine, les scientifiques travaillent désormais à la création d’un nez équivalent électronique, qui pourrait détecter les mêmes molécules que ces canidés. "Malheureusement, les chiens ne peuvent pas communiquer l’odeur du cancer aux biochimistes", explique le Dr Thorsten Walles, et ceci est la condition sine qua non pour tout développement d'un appareil capable des mêmes exploits.

Certains chercheurs moins emballés

Dr Laura McCallum, qui officie à l’institut britannique des recherches concernant le cancer, garde, elle, les pieds sur terre: "Bien que qu’il existe des études intrigantes au sujet des chiens capables de sentir l’odeur du cancer dans certains cas, nous sommes encore loin de comprendre exactement quelles sont ces molécules odorantes qu’ils détectent et si ces études sont précises". L'heure de gloire du nez canin n'est donc pas pour tout de suite.


 




 

Vos commentaires