En ce moment
 
 

Wall Street finit en ordre dispersé, en attendant Trump et Xi

(Belga) Wall Street a clôturé sans direction lundi au démarrage d'une semaine dont le point d'orgue devrait être la rencontre entre les présidents américain Trump et chinois Xi en fin de semaine, alors qu'une guerre commerciale fait rage entre Pékin et Washington.

Selon les résultats définitifs à la clôture, son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a avancé de 0,03%, à 26.727,54 points. L'indice Nasdaq, à forte coloration technologique, a perdu 0,32%, à 8.005,70 points. L'indice élargi S&P 500 a lâché 0,17% à 2.945,35 points. "Peu de nouvelles ont influencé le marché, tout le monde attend la rencontre au G20" entre les deux chefs d'Etats américain et chinois, a affirmé Bill Lynch de Hinsdale Associates. "Nous en attendons peu de choses, mais pas une nouvelle escalade de tension", a ajouté le spécialiste. Les acteurs du marché semblaient s'armer de prudence à l'approche du sommet Trump-Xi, après avoir fait part à de multiples reprises ces derniers mois de leur optimisme quant à un accord commercial imminent lorsque les dirigeants des deux pays devaient se rencontrer. Or ces espoirs de détente commerciale ont été déçus la plupart du temps. La prudence des investisseurs lundi intervenait après une semaine d'euphorie sur les marchés, aidés par le ton accommodant des Banques centrales américaine (Fed) et européenne (BCE). Sur la semaine, le Dow Jones s'est apprécié de 2,4%, le Nasdaq de 3,0% et le S&P 500 de 2,2%. Tout en maintenant ses taux d'intérêt au même niveau, la Fed a signalé à l'issue de sa réunion mercredi qu'elle n'écartait plus l'idée d'un assouplissement de sa politique monétaire, notamment si l'inflation restait à des niveaux aussi bas et si la guerre commerciale avec la Chine s'enflammait davantage. Cette rhétorique a ravi les marchés mais moins Donald Trump, qui a pris sévèrement à partie l'institution lundi dans une série de tweets matinaux. La Fed est un "enfant têtu" qui refuse de baisser les taux d'intérêt pour stimuler la croissance et contrer les concurrents des Etats-Unis, a affirmé le président. Sur le marché obligataire, le taux d'emprunt à 10 ans des États-Unis évoluait à 2,016% vers 20H30 GMT contre 2,054% vendredi à la clôture. (Belga)

Vos commentaires