En ce moment
 

Washington estime "historique" le nouveau traité commercial avec la Corée du Sud

(Belga) Washington s'est félicité mardi de la renégociation du traité de libre-échange avec la Corée du Sud (Korus), estimant qu'il s'agissait d'un "moment historique" dans la politique commerciale des Etats-Unis.

"Les Etats-Unis et la Corée du Sud sont parvenus à un accord de principe" sur un nouveau Korus, après d'"intenses discussions", ont indiqué de hauts responsables de la Maison Blanche, confirmant une information annoncée la veille par le ministre sud-coréen du Commerce Kim Hyon-chong. "Quand il sera finalisé, ce sera le premier traité renégocié avec succès dans l'histoire américaine", ont-ils affirmé. Séoul a précisé lundi que la finalisation du traité révisé interviendrait "prochainement". L'économie sud-coréenne est fortement dépendante du commerce extérieur et les Etats-Unis sont le deuxième partenaire commercial de Séoul. Mais le président américain Donald Trump dénonçait depuis son élection en novembre 2016 cet accord, le qualifiant d'"horrible" et "tueur d'emplois" et affirmant qu'il était déséquilibré au profit de la Corée du Sud. Le déficit commercial américain avec Séoul a atteint 10,3 milliards de dollars en 2017. Pour les seuls échanges de marchandises, il était de 22,6 milliards tandis que la balance des services était excédentaire à 12,3 milliards en faveur des Etats-Unis. Selon la nouvelle mouture du traité, Séoul va davantage ouvrir son marché automobile aux constructeurs américains, et accepte la prolongation jusqu'en 2041 de taxes américaines de 25% sur les pick-ups (véhicules à plateforme arrière). S'agissant de l'acier, Séoul accepte un quota annuel d'exportations vers les Etats-Unis de 2,68 millions de tonnes, soit 70% de la moyenne de ses exportations annuelles sur les trois dernières années. Dans le cadre de ces discussions, les deux parties négocient également un accord sur les devises, "interdisant la dévaluation compétitive et engageant à une transparence" et ce, "afin que les pays soient informés de ce que les autres font en matière de politique monétaire". (Belga)

Vos commentaires