En ce moment
 
 

Les talibans nient les accusations d'"exécutions sommaires", qui "préoccupent" Washington et ses alliés

 
 

Les talibans ont rejeté dimanche les informations faisant état d'"exécutions sommaires" d'anciens membres des forces de sécurité afghanes, qui "préoccupent profondément" les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux.

"Nous sommes profondément préoccupés par les informations faisant état d'exécutions sommaires et de disparitions forcées d'anciens membres des forces de sécurité afghanes, comme l'ont documenté Human Rights Watch et d'autres", assurent une vingtaine de pays, dont la Grande-Bretagne et le Japon, ainsi que l'Union européenne dans un communiqué publié par le département d'Etat américain.

"Nous soulignons que les actions présumées constituent de graves violations des droits humains et contreviennent à l'amnistie annoncée par les talibans", a déclaré le groupe d'alliés, appelant par ailleurs les nouveaux dirigeants afghans à garantir que l'amnistie soit appliquée et "maintenue dans tout le pays et dans tous leurs rangs".

Cette semaine, l'ONG Human Rights Watch avait publié un rapport qui, selon elle, documente "des meurtres ou des disparitions dont ont été victimes 47 anciens membres des Forces nationales de sécurité afghanes qui se sont rendus ou étaient détenus par les forces talibanes entre le 15 août et le 31 octobre".

"Parmi les victimes figurent des membres du personnel militaire, des policiers, des agents des services de renseignement et des miliciens", précisait HRW.

Les talibans ont rejeté ces accusations, jugées "injustes".

"Ces informations ne sont fondées sur aucune preuve. Nous les rejetons", a déclaré le porte-parole du ministère taliban de l'Intérieur, Qari Sayed Khosti, dans un message vidéo envoyé à la presse.

"Il y a eu des cas de meurtres d'anciens membres des forces de sécurité" du gouvernement renversé l'été dernier, "mais à cause de rivalités ou inimitiés personnelles", a-t-il affirmé.

"S'ils ont des documents et preuves, ils devraient nous les montrer", a-t-il ajouté à l'adresse des Occidentaux.

Pour Washington et ses alliés, "les cas signalés doivent faire l'objet d'enquêtes rapides et transparentes, les responsables doivent pouvoir rendre des comptes et ces étapes doivent être clairement annoncées pour agir comme moyen de dissuasion immédiat de nouveaux meurtres et disparitions".

"Nous continuerons de juger les talibans sur leurs actes", ont-ils aussi rappelé.

Le porte-parole du ministère taliban de l'Intérieur a lui rappelé que les talibans avaient, après leur retour au pouvoir, décrété une amnistie générale pour toutes les forces de sécurité de l'ancien régime. Et qu'en vertu de celle-ci, nombre d'entre eux "vivent tranquillement" dans le pays, alors qu'ils ont "tué des centaines de combattants (talibans) et de civils" au cours des deux dernières décennies de guerre.

Outre les Etats-Unis et l'Union européenne, les signataires du communiqué sont l'Allemagne, l'Australie, la Belgique, la Bulgarie, le Canada, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, le Japon, la Macédoine du Nord, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse et l'Ukraine.

- "Allégations crédibles" de représailles -

Les talibans ont pris le pouvoir en Afghanistan en août, alors que le gouvernement soutenu par les Etats-Unis à Kaboul et l'armée du pays s'effondraient.

Leur retour aux commandes du pays est survenu 20 ans après qu'ils en ont été chassés par les forces américaines mettant fin à leur régime fondamentaliste, leur valant l'opprobre internationale en raison notamment du traitement brutal des femmes, de l'irrespect des droits humains et de l'interprétation rigoriste de l'islam.

Les dirigeants talibans d'aujourd'hui, désireux d'acquérir une respectabilité internationale, ont promis que leur régime serait différent.

Mais, selon HRW, "les dirigeants talibans ont ordonné aux membres des unités de forces de sécurité s'étant rendues de venir s'inscrire pour obtenir une lettre garantissant leur sécurité. Cependant, les forces talibanes ont exploité ces listes de noms pour procéder à la détention et à l'exécution sommaire ou à la disparition forcée de ces personnes quelques jours après leur inscription".

Des responsables américains se sont entretenus avec les autorités afghanes, plus tôt cette semaine, et ont exhorté le mouvement islamiste à donner accès à l'éducation aux femmes et aux filles à travers le pays. Les Etats-Unis ont également "exprimé leur profonde préoccupation concernant les allégations de violations des droits humains", a déclaré un porte-parole américain.


 




 

Vos commentaires