En ce moment
 

Washington "va mettre une pression financière sans précédent" sur l'Iran

(Belga) Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a promis lundi que l'Iran n'aura "plus jamais carte blanche pour dominer le Moyen-Orient", en présentant une nouvelle stratégie de pression maximale sur Téhéran. Dans son discours, le secrétaire d'Etat a également promis de "traquer les agents iraniens et leurs supplétifs du Hezbollah à travers le monde pour les écraser".

Allié du régime de Bachar al-Assad en Syrie et soutien des rebelles Houthis dans le conflit au Yémen, Téhéran est la bête noire de Washington, qui vient de se retirer de l'accord sur le nucléaire iranien au grand dam de ses alliés. Mike Pompeo, ancien directeur de la CIA, a tenu un discours particulièrement dur contre le régime islamique lundi et assuré que les Etats-Unis allaient exercer une "pression financière sans précédent" sur le régime iranien, avec "les sanctions les plus fortes de l'Histoire". Deux semaines après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire iranien visant à empêcher Téhéran de se doter de l'arme atomique, M. Pompeo a aussi énuméré douze conditions pour conclure un "nouvel accord" avec l'Iran, avec des demandes beaucoup plus draconiennes sur le volet nucléaire, la fin de la prolifération balistique et de l'implication iranienne dans les conflits au Moyen-Orient. En échange, les Etats-Unis sont prêts à lever, à terme, leurs sanctions. Mike Pompeo a demandé le "soutien" des alliés de Washington, notamment européens, même s'ils les a prévenus: les entreprises qui feront affaire en Iran dans des secteurs interdits par les sanctions américaines "seront tenues responsables". (Belga)

Vos commentaires