Washington veut bloquer l'accès de China Mobile au marché américain

Washington veut bloquer l'accès de China Mobile au marché américain
Washington invoque des inquiétudes pour la sécurité nationale pour recommander le refus de l'entrée de China Mobile sur le marché américainPau Barrena

Le département américain du Commerce a recommandé lundi de rejeter la demande présentée il y a sept ans par China Mobile pour entrer sur le marché américain, invoquant des inquiétudes pour la sécurité nationale, une décision dénoncée par Pékin.

Cette prise de position marque une nouvelle escalade des tensions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine. Des droits de douane américains infligés à des produits chinois représentant des milliards de dollars doivent entrer en application vendredi et la Chine a promis de riposter.

"Après des consultations approfondies avec China Mobile, les inquiétudes sur des risques accrus pour l'application de la loi américaine et les intérêts de sécurité nationale n'ont pu être levées", a déclaré le secrétaire adjoint au Commerce David Redl dans un communiqué.

Les services de son ministère chargés des télécommunications et des technologies de l'information ont donc recommandé que la commission fédérale des communications rejette la demande de licence de China Mobile pour des services de téléphonie entre les Etats-Unis et d'autres pays.

En réaction, le gouvernement chinois a dénoncé mardi "une mentalité de guerre froide" de la part de Washington.

Les autorités américaines "ne devraient pas réprimer des entreprises chinoises de cette façon", a déclaré devant la presse le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Lu Kang. "Elles devraient au contraire leur offrir un traitement équitable et favorable."

Les entreprises chinoises actives dans le secteur des télécommunications sont fréquemment dans le collimateur des autorités américaines qui redoutent leur capacité de surveillance des communications.

En juin, l'administration du président Donald Trump avait opéré un revirement et préservé in extremis le géant chinois des télécommunications ZTE de sanctions américaines imposées en avril qui ont mené ce groupe au bord de la faillite.

Vos commentaires